Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Le ministre fait valoir les intérêts du secteur agroalimentaire de l'Ontario aux pourparlers de la renégociation de l'ALENA

Déclaration archivé

Le ministre fait valoir les intérêts du secteur agroalimentaire de l'Ontario aux pourparlers de la renégociation de l'ALENA

Le ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales, M. Jeff Leal, a fait la déclaration suivante après avoir assisté aux pourparlers de la renégociation de l'ALENA pour y faire valoir les intérêts du secteur agroalimentaire de l'Ontario auprès des négociateurs et des parties prenantes.

« Promouvoir le libre-échange et la coopération économique avec les États-Unis et le Mexique est une priorité pour l'Ontario. Cela stimule la prospérité économique et crée des millions de bons emplois partout en Amérique du Nord. En fait, le commerce de produits agroalimentaires entre l'Ontario et les États-Unis et le Mexique réunis représente annuellement plus de 30 milliards de dollars canadiens.

« C'est pourquoi je suis allé à Mexico, le lieu de la dernière série des pourparlers de la renégociation de l'ALENA, pour y défendre les intérêts du secteur agroalimentaire de l'Ontario.

« J'ai eu l'occasion de rencontrer le négociateur en chef pour le Canada et le négociateur en chef du dossier de l'agriculture pour le Canada, pour réitérer qu'un ALENA renégocié ne doit pas faire du tort et veiller à ce que les intérêts de l'Ontario restent à l'avant-plan des préoccupations.

« Mon homologue du Québec, le ministre Laurent Lessard, et moi avons aussi eu une série de réunions où nous nous sommes entendus pour collaborer à la promotion des intérêts du commerce d'exportation du Canada, tout en continuant à défendre l'intégrité du système de la gestion planifiée de l'offre.

« Nous avons aussi rencontré divers représentants du secteur où la gestion de l'offre est planifiée et du secteur où elle ne l'est pas. Je désire les remercier de nous avoir dit franchement ce qu'ils pensent des possibilités et des défis auxquels nous faisons face au fur et à mesure que progresse la renégociation de l'ALENA.

« L'Ontario continue à faire cause commune avec le gouvernement fédéral pour défendre les intérêts des gens qui travaillent dur partout dans la province et dans le pays. Les propositions non conventionnelles que les États-Unis ont faites lors de la dernière série de négociations sont inacceptables, parce qu'elles réduiraient de façons fondamentales les avantages que présente la version actuelle de l'ALENA. C'est pourquoi elles ne peuvent pas servir de fondement aux négociations de l'ALENA.

« Je vais continuer à rencontrer des dirigeants des milieux de la politique, des affaires et de l'industrie des trois pays, et je vais continuer à leur dire que la version définitive de l'ALENA doit servir les intérêts fondamentaux des trois pays et être une solution gagnante pour tous les trois. »

Ressources additionnelles

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Régions rurales et du Nord