Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Pour qu'il soit plus facile pour les agriculteurs de faire des affaires

Communiqué

Pour qu'il soit plus facile pour les agriculteurs de faire des affaires

Une réunion bilatérale renforce un partenariat régional visant à soutenir le secteur agricole de l’Ontario

TORONTO - Le ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario, M. Ernie Hardeman, a rencontré aujourd'hui le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, M. André Lamontagne, pour discuter des possibilités de resserrer leur collaboration pour les secteurs de l'agriculture et de l'alimentation des deux provinces.

Les ministres étaient présents au SIAL Canada, le plus important salon commercial sur l'innovation alimentaire en Amérique du Nord, où ils ont visité les pavillons de l'Ontario et du Québec et discuté de priorités communes, notamment la gestion des situations d'urgence, la réduction des formalités administratives, les programmes de gestion des risques et le commerce.

« Les provinces travaillent fort à réduire la paperasserie pour éviter à leurs entreprises agroalimentaires de perdre du temps pour rien, a déclaré M. Hardeman. Pour notre part, le Plan d'action pour un Ontario ouvert aux affaires s'attaque à cette paperasserie qui chasse les emplois et les investissements de la province; il faut que le fédéral fasse de même. »

« La Politique bioalimentaire 2018-2025 - Alimenter notre monde, a pour but de mieux répondre aux attentes du consommateur et de mieux appuyer les entreprises agricoles, a déclaré M. Lamontagne. Depuis que j'ai pris mes fonctions de ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, j'ai vu les bâtons que notre système met dans les roues des agriculteurs. Dans plusieurs régions, la pénurie de main-d'œuvre et les formalités administratives pour l'embauche de travailleurs étrangers compromettent la prospérité des entreprises. Le gouvernement fédéral doit rapidement proposer des solutions à ces problèmes qui nuisent à l'ensemble du secteur agroalimentaire. »

Les ministres ont reconnu l'importance du partage des responsabilités pour ce qui est de la gestion des situations d'urgence phytosanitaires et zoosanitaires, et ont convenu de faire pression sur le gouvernement fédéral pour qu'il soit prêt à faire face aux dangers qui se dessinent.

Les ministres Hardeman et Lamontagne ont en outre convenu d'explorer des domaines de collaboration, pour faire croître les secteurs de l'agriculture et de l'alimentation des deux provinces, au Canada et à l'étranger, notamment en insistant auprès du gouvernement fédéral pour qu'il donne suite à sa promesse d'une indemnisation complète et équitable pour atténuer les répercussions de l'ACEUM sur le secteur de la gestion de l'offre.

Faits en bref

  • Comptant 22,7 millions de Canadiens (61 p. 100 de la population du pays), l'Ontario et le Québec constituent la plus grande région économique du Canada. Les deux provinces représentent environ 56 p. 100 du PIB du Canada.
  • L’Ontario et le Québec représentent 66 p. 100 (20,8 milliards de dollars) du PIB du Canada pour la transformation des aliments et des boissons, et 37 p. 100 (8,2 milliards de dollars) du PIB du Canada pour la production agricole primaire.
  • Au Canada, l'Ontario et le Québec représentent 36 p. 100 des recettes agricoles (le revenu agricole brut) provenant de la production agricole primaire et plus de la moitié des recettes provenant de la transformation des aliments et des boissons.
  • L’Assemblée législative de l’Ontario a adopté, le 2 avril, la Loi visant à rétablir la compétitivité de l’Ontario, une loi qui réduira les fardeaux réglementaires dans 12 secteurs (dont celui de l’agriculture) et aidera les créateurs d'emplois à prospérer et à créer et préserver de bons emplois.

Ressources additionnelles

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Régions rurales et du Nord