Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Une essence plus propre pour des Ontariens et Ontariennes plus en santé et une économie plus saine

Communiqué archivé

Une essence plus propre pour des Ontariens et Ontariennes plus en santé et une économie plus saine

Une nouvelle norme en matière de carburant renouvelable aidera à purifier l’air, à renforcer l’Ontario rural et à relancer les industries vertes

Cabinet du premier ministre

CHATHAM -- La province exigera que l'essence vendue en Ontario contienne en moyenne cinq pour cent d'éthanol d'ici 2007, d'annoncer aujourd'hui le premier ministre de l'Ontario, Dalton McGuinty.

« Il s'agit d'un autre volet de notre plan visant à améliorer la santé et la prospérité des Ontariens et Ontariennes, de dire le Premier ministre.

« L'éthanol est un carburant combustible plus propre. Cela signifie donc de l'air plus propre. Il est fait à partir de récoltes. Cela signifie donc une importante mesure de relance pour nos collectivités rurales. Et c'est une bonne nouvelle pour les producteurs d'éthanol, qui peuvent maintenant faire de nouveaux investissements et créer de nouveaux emplois, ce qui va aider l'Ontario à devenir un chef de file dans la nouvelle bio-économie.

Le premier ministre McGuinty a fait cette annonce en compagnie du ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Steve Peters, du député de Chatham-Kent-Essex, Pat Hoy, du député d'Essex, Bruce Crozier et de la députée de Lambton-Kent-Middlesex, Maria Van Bommel, sur le site de Commercial Alcohols. Inc., qui est la plus grande usine de fabrication d'éthanol au Canada.

L'éthanol est un additif à indice d'octane élevé fait à partir de récoltes. Il est mélangé aux essences conventionnelles et il en résulte une combustion plus propre et moins d'émissions polluantes.

L'objectif de l'Ontario pour 2007 en matière d'éthanol équivaut à retirer 200 000 véhicules de la route ou à réduire d'environ 800 000 tonnes les émissions annuelles des gaz à effet de serre. Cette initiative a le potentiel de créer 3 000 nouveaux emplois et de susciter 500 millions de dollars en nouveaux investissements en Ontario rural.

À compter du 1er janvier 2007, les ventes en gros annuelles d'essence devront avoir en moyenne un contenu d'au moins cinq pour cent d'éthanol.

Ceci pourra être réalisé par le mélange actuel d'éthanol ou par l'intermédiaire d'échange de crédits sur le carburant renouvelable.

La province veut encourager les technologies innovatrices et de pointe telles que la production d'éthanol à partir de cellulose, ce qui permet d'utiliser la partie non comestible des récoltes.

« Maintenant que cette politique est en place, nous allons travailler avec les agriculteurs et l'industrie pour veiller à ce que cette initiative profite à tous les Ontariens et Ontariennes », de dire le ministre Peters.

« Une industrie intérieure de l'éthanol plus forte peut être le point de départ pour une bio-économie plus importante qui apportera de nouvelles possibilités en Ontario. »

Messieurs Hoy et Crozier, qui travaillent depuis des années à la mise en oeuvre de cette politique à titre de députés, disent que c'est une bonne nouvelle pour les agriculteurs et les collectivités rurales

« La population des collectivités agricoles en retirera de vrais avantages », de dire monsieur Hoy.

« C'est une situation gagnante pour les agriculteurs, une situation gagnante pour l'Ontario rural et une situation gagnante pour notre environnement », de dire monsieur Crozier.

« Ceci est une mesure de relance pour l'Ontario rural mais tous les Ontariens et Ontariennes profiteront des bienfaits d'un air plus pur et d'une meilleure santé », de dire madame Van Bommel.


Pages du ministère :

Partager

Sujets

Environnement et énergie Santé et bien-être Régions rurales et du Nord