Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Le premier ministre incite le gouvernement fédéral à collaborer à l'exécution du plan économique de l'Ontario

Communiqué archivé

Le premier ministre incite le gouvernement fédéral à collaborer à l'exécution du plan économique de l'Ontario

« Le plan est efficace, dit M. Dalton McGuinty, et le moment est venu d’en accélérer l’exécution. »

Cabinet du premier ministre

Le moment est venu d'accélérer l'exécution de notre plan économique, qui a contribué à obtenir 340 000 emplois de plus que l'Ontario n'en comptait il y a quatre ans, a dit le premier ministre, M. Dalton McGuinty.

« Notre plan à vocation économique consiste à investir dans notre population pour qu'elle puisse concurrencer avec succès le monde entier, à collaborer avec nos entreprises et à attirer les investissements et les emplois bien rémunérés dont nos familles ont besoin », a aujourd'hui déclaré M. McGuinty dans un discours. Le plan est efficace, comme en témoigne une hausse de 340 000 emplois par rapport au nombre d'emplois que l'Ontario comptait il y a quatre ans. »

Dans l'économie vraiment mondiale et hyper-concurrentielle d'aujourd'hui, la plus grande masse d'investissements et les meilleurs emplois vont aux endroits qui disposent des travailleurs les mieux instruits et les plus hautement qualifiés et qui bénéficient de la plus haute qualité de vie, a fait remarquer M. McGuinty à la chambre de commerce d'Oakville.

« Aussi investissons-nous dans l'éducation et les aptitudes, dans la santé et le bien-être de toutes les Ontariennes et de tous les Ontariens, » a-t-il poursuivi.

M. McGuinty a mentionné le fonds d'investissement dans l'automobile, de 500 millions de dollars, utilisé pour engendrer, par effet de levier, sept milliards de dollars en nouveaux investissements et obtenir des milliers d'emplois hautement spécialisés dans cette industrie, y compris 4 000 emplois dans une installation de fabrication avant-gardiste d'un milliard de dollars située dans l'usine que Ford Canada possède à Oakville.

Il oppose cette situation à l'approche du gouvernement antérieur -- qui privilégiait résolument des réductions d'impôts qui profitaient surtout à un petit nombre de privilégiés et qui édulcorait les règlements environnementaux -- approche que le premier ministre a appelée « course vers le bas »

« Nous sommes fondamentalement en désaccord avec une stratégie économique qui se fonde sur des salaires et un niveau de vie peu élevés. Notre approche est différente. Notre stratégie, c'est équiper notre population -- toute notre population -- pour lui faire atteindre de plus hauts sommets. »

Pour chaque emploi que l'Ontario a perdu quand notre économie faisait face à un monde en rapide évolution, on en a créé trois, a précisé McGuinty.

L'Ontario va toutefois devoir relever des défis, en particulier quand il s'agit d'aider les fabricants à adopter des technologies et des procédés de pointe, alors même qu'ils sont exposés à des coûts élevés de l'énergie, à un dollar fort et à des taux d'intérêts qui ont augmenté, a-t-il fait observer.

« Pour surmonter ces difficultés et continuer de saisir les innombrables possibilités qui se présentent à l'Ontario, il nous faut accélérer l'exécution de notre plan, a-t-il affirmé.

« Il nous faut que le gouvernement fédéral devienne un partenaire véritable. Il faut qu'il restitue à l'Ontario une partie des revenus exceptionnels qu'il accumule du fait des taxes sur l'énergie, qu'il la restitue sous forme d'investissements dans nos entreprises et d'équité envers nos travailleuses et travailleurs. »

En particulier, M. McGuinty a demandé au gouvernement Harper de :

  • fournir l'équivalent de la contribution de l'Ontario au fonds de 500 millions de dollars de la Stratégie d'investissement dans le secteur de la fabrication de pointe, fonds qui a déjà commencé de créer et de préserver des emplois, en aidant les fabricants à investir dans de l'équipement moderne et dans des procédés novateurs.
  • fournir l'équivalent de la contribution de l'Ontario à un Fonds de 650 millions de dollars, récemment annoncé, le Fonds pour les emplois dans les secteurs émergents, conçu pour stimuler, par effet de levier, les investissements du secteur privé dans la recherche et le développement de nouvelles technologies propres, comme les véhicules non polluants, qu'on peut commercialiser dans le monde entier.
  • rectifier le système d'assurance-emploi, qui exige encore des Ontariens et Ontariennes de travailler plus longtemps que les Canadiennes et Canadiens des autres provinces pour être admissibles à l'assurance-emploi et qui leur verse moins de prestations quand ils y ont finalement droit.

« L'an dernier, les prestations ordinaires moyennes versées par personne au chômage dans d'autres provinces ont été de 9 070 $. En Ontario, ce chiffre s'est élevé à 5 110 $. Il s'agit d'un écart de près de 4 000 $ par travailleuse ou travailleur, a fait observer M. McGuinty. C'est un fait : une travailleuse ou un travailleur de Thunder Bay, de Windsor ou de Hamilton mérite le même soutien qu'une Canadienne ou qu'un Canadien vivant en Alberta. »

M. McGuinty a souligné qu'il importe, pour le gouvernement fédéral, de se joindre à toutes les Ontariennes et à tous les Ontariens pour que notre économie aille de l'avant.

« Plus longtemps je suis premier ministre, plus je suis persuadé que notre plan est celui qui convient à l'économie de l'Ontario. Nos chiffres de l'emploi nous le confirment. Tout comme les investisseurs du monde entier, a-t-il fait observer.

« Mais je suis tout aussi persuadé qu'il nous faut accélérer l'exécution du plan. Le monde évolue de plus en plus vite, de jour en jour. Nous devons faire de même. Nos concurrents sont de plus en plus astucieux, de plus en plus qualifiés, de jour en jour. Nous pouvons remporter la victoire. Nous pouvons continuer de réussir. Le seul moyen, c'est de rêver, d'édifier et de travailler ensemble. »


Pages du ministère :

Partager

Sujets

Affaires et économie Travail et emploi