Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

The Toronto Board Of Trade

Bulletin archivé

The Toronto Board Of Trade

Cabinet du premier ministre

Distinguées invités, mesdames et messieurs, chers amis, j'aimerais commencer en remerciant chacun de vous.

Merci pour le rôle que chacun de vous jouez dans le soutien de cette remarquable qualité de vie dont nous jouissons tous et toutes en Ontario, soit la meilleure province du meilleur pays au monde.

À tous nos entrepreneurs :

Merci pour les risques que vous prenez, les investissements     que vous faites, les emplois que vous créez et les familles que vous soutenez.

Et merci également de votre leadership optimiste en cette époque remplie de défis.

Le budget, que nous avons déposé la semaine dernière est empreint d'optimisme face à notre avenir et de confiance dans notre capacité, en tant qu'Ontariennes et Ontariens, à trouver une façon de progresser.

Bien sûr, je suis ici aujourd'hui pour vous parler du budget, non seulement pour ce qu'il propose comme mesures fiscales et investissements mais également de ce qu'il signifie pour notre population, pour nos entreprises et pour notre avenir.

Un budget est bien plus qu'un simple outil de planification fiscale.

Il témoigne de ce que nous sommes.

Il aide à façonner le type de société que nous voulons mettre sur pied ensemble.

En fin de compte et c'est ce qui compte, il propose une société humaine soutenue par une solide économie.

Au cours des cinq dernières années, avec nos cinq derniers budgets, nous avons renforcé nos écoles, nos hôpitaux, notre protection de l'environnement, nos routes et nos ponts, bref tous les services publics qui nous assurent tous et toutes d'une bonne qualité de vie.

Nous faisons maintenant face à la plus importante crise économique des 80 dernières années.

Nous devons nous entraider pour passer au travers de cette tempête.

Et il nous faut prendre les mesures nécessaires pour en sortir plus fort.

Ces temps particuliers nécessitent des mesures particulières, de même qu'un niveau extraordinaire de collaboration entre les gouvernements et une volonté jamais vue de faire tout ce qu'il faut ensemble pour aider notre population à traverser ces moments difficiles afin de pouvoir croître.

J'aimerais être clair : ce qui est en train de se produire a des conséquences énormes.

Vraiment énormes.

Elles sont puissantes et persistantes.

Elles ont l'Ontario, tout le Canada, et bien sûr, l'ensemble du monde, dans leur mire.

Pour nous en sortir et devenir plus fort, il va falloir changer.

Et il va falloir que nous changions tous et toutes.

Le monde a changé.

Et il faut que nous changions aussi.

Nous devons trouver une nouvelle façon de progresser.

Pas vers la droite, pas vers la gauche mais vers l'avant.

En tant que gouvernement, nous avons écouté minutieusement.

Nous avons examiné ce qui s'est fait ailleurs.

Nous avons réfléchi.

Et voici notre conclusion :

Il nous faut créer une taxe de vente unique.

Il nous faut réduire l'impôt des entreprises.

Nous devons protéger nos familles contre de nouveaux coûts.

Et nous devons protéger nos services publics.

C'est donc ce que nous allons faire.

Je sais que certaines personnes disent qu'en ce moment, ce n'est pas le temps de procéder à nos réformes fiscales.

Certains disent que nous ne devrions jamais faire ce que nous proposons de faire.

Voici ce que j'en pense :

Si nous devions recréer un régime fiscal à partir de rien, nous ne choisirions pas le nôtre.  Nous n'exigerions pas que nos entreprises perçoivent deux taxes de vente différentes pour les envoyer à deux paliers de gouvernement pour ainsi se conformer à deux réglementations différentes.

Nous n'aurions pas choisi un régime fiscal qui fait en sorte que les entreprises paient de l'impôt sur leurs intrants, décourageant ainsi l'investissement et la création d'emplois.

Au contraire, nous aurions choisi un régime à taxe unique qui aurait permis de réduire les frais des entreprises.

Nous aurions choisi un régime fiscal moderne, efficace et concurrentiel.

En fait, c'est ce que nous avons choisi.

Ceci est tout un changement pour l'Ontario mais quatre autres provinces et près de 130 pays l'ont déjà fait.

Je suis confiant que nous pouvons y parvenir également. Et nous allons le faire d'une façon qui protège nos familles.

C'est pourquoi nous exemptons des articles particulièrement importants tels que les couches, les vêtements d'enfant, les sièges de voiture pour enfant et les livres. 

Et c'est pourquoi nous réduisons le taux d'imposition de 17 pour cent des premiers 36 000 dollars du revenu imposable. En raison de ce changement, nos familles à faible revenu seront celles qui paieront le moins d'impôts sur le revenu au Canada.

De même, pour aider ces familles, nous avons présenté un nouveau crédit de la taxe de vente de 260 dollars par adulte et par enfant. Et nous prévoyons presque doubler notre prestation ontarienne pour enfants, soit de 50 $ à 92 $ par mois et par enfant.

Pour aider à faire la transition entre une taxe de vente unique, les familles avec un revenu de moins de 160 000 dollars recevront 1 000 dollars. 

Les personnes seules qui gagnent 80 000 dollars et moins recevront 300 dollars. 

Tous ces « fonds de transition » proviennent du gouvernement fédéral.

Et j'aimerais souligner le soutien du premier ministre Harper dans ce dossier.

Il en résulte que 93 pour cent des Ontariennes et Ontariens obtiendront une réduction permanente de l'impôt sur le revenu. Et que les entreprises subiront également une réduction de leurs impôts.

Les petites entreprises verront le taux d'imposition des sociétés passer de 5,5 à 4,5 pour cent. 

Et pour la première fois au Canada, nous allons éliminer la surtaxe des petites entreprises.

L'an prochain, le taux d'imposition générale des sociétés de l'Ontario passera de 14 % à 12 %, puis à 10 % dans trois ans.

L'an prochain, nous ferons également passer le taux d'imposition sur le revenu des sociétés manufacturières et de transformation de 12 % à 10 %.

Il en résulte que, pour les entreprises, nous réduisons le taux effectif marginal d'imposition des nouveaux investissements de moitié.

Ceci signifie que les entreprises paieront la moitié de l'impôt pour des choses telles que du nouvel équipement et des technologies, ce qui signifie qu'elles auront plus d'argent pour investir dans leurs propres activités de telle sorte qu'elles pourront devenir plus fortes et créer plus d'emplois.

L'autre jour, j'ai vu un communiqué qui tenait compte de cette réalité avec ce titre :

« L'harmonisation de la taxe en Ontario permettra à Bell d'accélérer l'investissement dans la province. »

Ce nouvel investissement signifie des emplois, ce dont nous avons bien besoin.

De même, notre budget propose certaines réformes fiscales d'importance, des réformes qui profiteront à nos familles et à nos entreprises mais pas à la Trésorerie du gouvernement de l'Ontario.

En fait, il en coûtera au gouvernement 2,3 milliards de dollars en revenu au cours des quatre prochaines années.

Ces mesures ne sont pas une chose facile à accomplir.

Ce ne sont pas des mesures à faire qui sont sécuritaires du point de vue politique.

Mais elles sont sans l'ombre d'un doute la bonne chose à faire.

Ainsi, nous allons continuer de progresser.

Nous allons prendre ces mesures essentielles afin de renforcer l'économie.

Des mesures qui créeront la richesse dont nous avons besoin pour soutenir nos écoles, nos soins de santé et notre population, une population qui a besoin d'un peu d'aide pour s'en tirer.

En bref, nous allons faire ce que les Ontariennes et Ontariens aimeraient que nous fassions :

Protéger et renforcer les fondements économiques sur lesquels nous pouvons bâtir une société humaine.

Un élément important de notre fondement économique est une infrastructure solide et moderne et nous avons l'intention de la bâtir à une vitesse record.

Au cours des deux prochaines années, nous nous sommes engagés à allouer plus de 27 milliards de dollars à la construction de routes, de transports en commun, d'écoles et d'hôpitaux. Le gouvernement fédéral s'est joint à nous pour ajouter 5 milliards de dollars de plus. 

Ce que cela signifie pour nos familles est 300 000 emplois au moment où nous en avons le plus besoin.

Ce que cela signifie pour notre province est une meilleure qualité de vie et une économie plus productive.

Les transports en commun sont une partie importante des progrès que nous allons faire ensemble.

Plus tôt cette semaine, notre gouvernement a annoncé que nous fusionnerions Metrolinx et le réseau GO pour créer un nouvel organisme. Il s'agit d'un organisme qui se consacrerait à mettre sur pied un réseau plus rapide de transport en commun et à mieux faire fonctionner le réseau GO.

Nous avons mis sur pied Metrolinx pour élaborer une vision pour un réseau de transport vraiment régional pour la région du Grand Toronto et de Hamilton.

Nos leaders municipaux se sont inspirés de cette vision.

Et je leur suis reconnaissant de leur travail.

Maintenant nous demandons aux leaders du monde des affaires et de la communauté de faire le travail le plus rapidement que possible.

Et je suis heureux que Rob Prichard ait accepté de diriger ce projet.

Hier seulement, nous avons annoncé le financement de quatre projets :

Trois de ces projets sont des projets Transit City pour Toronto notamment Scarborough, Eglinton et le train rapide Finch ouest.

Le quatrième projet consiste en de nouveaux autobus pour la région de York de même qu'une voie de circulation désignée pour leur permettre de se déplacer plus rapidement.

Il s'agit de projets importants évalués à 9 milliards de dollars.

Cela fait partie du plus  ambitieux plan concernant les transports en commun dans l'histoire du Canada. Les changements apportés à Metrolinx nous aideront à faire le travail plus rapidement. 

Nous en faisons bien plus pour bâtir une économie plus forte.

Il y a notre Loi sur l'énergie verte qui aidera à mettre sur pied des projets d'énergie renouvelable et qui créera 50 000 emplois.

Nous investissons plus de 700 millions de dollars dans la recherche et l'innovation pour créer la nouvelle génération d'emplois en Ontario.

Nous réduisons de 25 pour cent le fardeau de la réglementation des entreprises.

Et nous continuons de travailler à la création d'un organisme de réglementation des valeurs mobilières unique et national et au développement de Toronto en tant que centre financier mondial.

Mes amis, chaque mesure budgétaire est conçue sans faux fuyant pour renforcer nos entreprises, donner des occasions de réussite à notre population et veiller à ce que chacun de nous, y compris nos personnes les plus vulnérables, profitent des avantages d'une solide économie.

Encore une fois, ce n'est pas une question de droite ou de gauche.

C'est plutôt une question d'aller de l'avant ensemble.

Les Ontariennes et Ontariens savent que nous sommes à notre meilleur lorsque nous travaillons ensemble, que nous ne pouvons nous attaquer à un immense défi, comme celui de la récession mondiale, que lorsque nous le faisons ensemble.

Il faut que tous les paliers de gouvernement, toutes les affiliations politiques, le monde des affaires, le monde du travail, les secteurs privés et publics, soit tout le monde et chacun de nous, travaillent ensemble. 

On a dit que ce qui importe le plus, peu importe l'époque, ce sont les idéaux qui nous inspirent et l'intégrité que nous déployons.

Les Ontariennes et Ontariens partagent un idéal.

Nous voulons pour tous nos enfants de même que pour leurs enfants un Ontario qui répond à leurs rêves.

Un lieu de possibilités sans limites, qui repose sur une économie florissante, qui soutient une société humaine, une société avec les meilleures écoles pour tous nos enfants, avec les meilleurs soins de santé pour toutes nos familles, avec des mesures de protection environnementale pour chacun de nous et avec un soutien pour nos personnes vulnérables.

Les temps peuvent changer.

Mais notre idéal demeure le même.

Cette récession à l'échelle mondiale nous oblige pour le moins à relever un défi.

La situation actuelle est un recul pour notre population et pour nos entreprises.

Mais il ne s'agit pas de quelque chose que nous ne pourrons pas surmonter.

Nous avons déjà connu de telles situations et, chaque fois, nous nous en sommes sortis plus fort.

Nous sommes infatigables.

Nous sommes déterminés.

Nous connaissons le succès.

Nous pouvons y parvenir.

Nous sommes l'Ontario.

Je vous remercie.

Partager

Sujets

Affaires et économie Gouvernement Impôts et avantages fiscaux