Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Remarques Du Premier Ministre Formulees Devant Les Membres De La Rural Ontario Municipal Association Et De L'Ontario Good Roads Association

Bulletin archivé

Remarques Du Premier Ministre Formulees Devant Les Membres De La Rural Ontario Municipal Association Et De L'Ontario Good Roads Association

Cabinet du premier ministre

Invités de marque,

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

Je tiens à vous remercier toutes et tous et ce, non seulement pour être dirigeants dans votre collectivité, mais aussi pour collaborer, dans le cadre de l'O-G-R-A et de la ROMA, à l'édification d'un meilleur Ontario.

Ou, comme j'aime le dire, à l'édification de la meilleure province du meilleur pays du monde.

Nous avons de nombreux motifs de fierté en Ontario, en particulier en ce moment.

Les athlètes olympiques de toute la province de l'Ontario nous ont donné plus d'une raison de nous enorgueillir.

Pas plus tard que l'autre soir, Tessa Virtue et Scott Moir, qui font la fierté de London et d'Ilderton, ont remporté la cinquième médaille d'or du Canada.

Nos athlètes olympiques nous rappellent les qualités qui nous définissent en tant qu'Ontariennes et Ontariens.

Des qualités comme la détermination, la discipline, une confiance tranquille et un optimisme à toute épreuve.

Je constate que le thème de la conférence de cette année-ci porte sur le chemin de la reprise.

Pour moi, cela me dit :

Nous savons où nous allons.

Nous n'y sommes pas encore.

Nous avons beaucoup de travail à accomplir.

Mais nous savons que nous sommes sur la bonne voie.

Nous avons un but.

Et nous savons que nous l'atteindrons, grâce à notre détermination et à la confiance que nous avons en nous-mêmes.

J'ai la chance d'assister à cette conférence depuis de nombreuses années.

J'ai rencontré nombre d'entre vous en ces occasions, ainsi qu'à Queen's Park et que dans vos collectivités.

Nos conversations et votre rôle mobilisateur m'ont toujours convaincu de l'importance vitale de nos collectivités rurales -- de la façon dont elles sont une source de force pour l'Ontario.

Alors que nous cherchons à renforcer encore plus notre province, nous devons veiller à ce que les collectivités rurales continuent de croître et de créer des débouchés.

D'abord, comme vous ne cessez de me le dire, cela signifie qu'il nous faut de bonnes routes.

De bonnes routes offrent des avantages réels.

Elles aident à attirer de nouvelles entreprises.

Elles aident les entreprises actuelles à prendre de l'expansion.

C'est assez simple, somme toute : Une économie forte exige un mouvement rapide et efficace des gens et des biens.

Mais vous m'avez aussi dit que de bonnes routes améliorent la qualité de vie des familles.

Aujourd'hui, quand on élève des enfants, il faut les emmener à l'école, sur les lieux de leurs activités, et les ramener à la maison.

Et cela s'ajoute, pour les parents, à leur travail et à leur bénévolat dans la collectivité.

Notre gouvernement se propose de collaborer avec vous pour améliorer nos routes.

Aussi avons-nous investi 2,4 milliards de dollars dans l'appui de l'expansion et du réaménagement des routes et des ponts de l'Ontario.

Il s'agit du plus grand investissement du genre dans l'histoire de notre province.

Il s'agit de créer des emplois et d'aider les familles à traverser une période qui, comme nous le savons toutes et tous, est difficile pour tant de nos collectivités.

Et il s'agit de tirer parti du travail déjà accompli avec vous, afin d'apporter une contribution dans l'Ontario rural.

Depuis 2003, notre Programme de développement économique des collectivités rurales a investi près de 87 millions de dollars dans 258 projets.
Il en est résulté plus de 700 millions de dollars en activité économique.

Nous faisons aussi plus d'investissements dans l'infrastructure rurale, notamment dans l'intensification de l'accès Internet à large bande.

Nous savons, toutes et tous, que le déclin des inscriptions lance un défi constant à nos écoles rurales.

Aussi avons-nous accru de près de 800 millions de dollars le financement des conseils ruraux.

Le financement a augmenté.

Vraiment augmenté.

Tandis que le nombre d'inscriptions a baissé.

Mais je ne puis penser à un meilleur investissement, dans l'Ontario rural, que dans les enfants des régions rurales.

Nous nous sommes aussi engagés à améliorer l'accès aux soins de santé pour les Ontariennes et Ontariens des régions rurales.

Nous avons créé le « Comité d'étude des services de santé dans les collectivités rurales et du Nord », chargé de nous conseiller sur la meilleure façon d'aller de l'avant.

Nous avons construit la première école de médecine du Nord de l'Ontario.

Car il est bien plus probable que les médecins qui effectuent leur apprentissage et leur formation dans le Nord y exerceront aussi leur activité.

Et nous collaborons avec vous pour appuyer et développer les industries agroalimentaires de l'Ontario.

Ces entreprises comptent plus de 700 000 employés.

Elles contribuent beaucoup à propulser notre économie. Aussi vais-je accueillir, ce printemps-ci, le sixième « Sommet agroalimentaire du Premier ministre ».

Nous avons des défis à relever, mais des signes encourageants apparaissent, tandis que nous nous engageons sur la voie de la reprise.

Prenez par exemple la ceinture de feu du Nord-Ouest de l'Ontario.

Elle renferme un des plus grands gisements de chromite du monde.

La chromite est un élément essentiel de l'acier inoxydable.
Or le monde est avide d'acier inoxydable.

Pensez par exemple à votre nouveau récipient à eau et imaginez la quantité d'acier inoxydable qu'il faudra à l'Inde et à la Chine pour construire des maisons, des tours de bureaux, des écoles et des hôpitaux.

C'est pour le Nord un nouveau débouché très intéressant.

Notre gouvernement s'est pleinement engagé à collaborer avec les collectivités des Premières nations, nos partenaires miniers, et tous les habitants du Nord, pour tirer tout le parti possible de ce débouché, afin de créer des emplois et d'appuyer les familles du Nord.

Bien entendu, nous ferons tout cela en respectant l'environnement.

Nous concevrons pour l'Ontario un nouveau plan, que nous présenterons dans notre prochain discours du Trône

Une grande partie de ce plan consistera à édifier une économie forte.

Voici comment M. Mark Carney, gouverneur de la Banque du Canada, décrit aujourd'hui l'économie :

« Le dégel arrive. Son allure va sans doute être modérée et, en dépit de revers éventuels, la reprise est amorcée. Il y a toutefois un hic. Nous serons aux prises avec un climat économique très différent. Le Canada s'engage dans cette période d'ajustement en disposant de nombreux atouts, mais il lui faudra déployer des efforts qui marqueront l'histoire. »

Je ne saurais si bien dire.

Notre monde a changé.

Notre plus grand partenaire commercial -- les États-Unis -- est gravement affaibli.

Notre dollar est actuellement d'une valeur élevée.

La croissance économique est actuellement lente.

Les gouvernements, y compris le nôtre, accusent des déficits.

Et, très bientôt -- l'an prochain, en fait -- les membres de la génération du baby-boom commenceront à prendre leur retraite.

C'est plus du quart de la population de l'Ontario.

En prenant de l'âge, nous exercerons d'énormes pressions sur nos soins de santé et sur nos enfants, qui nous offrent leur soutien.

Notre monde a changé.

Et nous devons, nous aussi, changer.

Nous devons accentuer notre croissance.

À l'heure actuelle, nous faisons quatre choses pour renforcer l'Ontario :
En premier lieu, nous réduisons les impôts.

Pour les entreprises et les particuliers.

J'espère que vous l'avez remarqué : le 1er janvier, vos impôts sur le revenu se sont abaissés.

De plus, nous allons adopter la taxe de vente harmonisée.

Non pas parce que c'est facile.

Si cela l'était, d'autres gouvernements l'auraient fait.

Nous le faisons parce que des économistes indépendants nous disent que nos réformes fiscales créeront près de 600 000 emplois.

Vous savez, je n'ai pas rencontré une seule mère, un seul père, ni une seule grand-mère, un seul grand-père, qui ne veuille s'assurer qu'il y aura des emplois pour la jeune génération.

C'est ce que visent nos réformes fiscales : des emplois pour nous dès aujourd'hui et des emplois pour nos enfants, demain.

En deuxième lieu, nous appuyons la reprise de notre économie et les emplois de la population ontarienne, en investissant cette année-ci plus de 17,5 milliards de dollars dans l'infrastructure.

Cette année-ci, il s'agit de plus d'emplois, de plus de 160 000 emplois, pour construire des routes, des ponts et des hôpitaux, pour rendre nos écoles plus éconergétiques.

En troisième lieu, nous créons une population active solide.

En ce moment même, nous appuyons 25 000 Ontariennes et Ontariens sans emploi qui ont décidé de se recycler pour un nouvel emploi.

À l'autre bout de l'échelle, nous allons offrir dans nos écoles une formation de jour à plein temps à nos enfants de quatre et cinq ans.
Nous le savons déjà depuis longtemps : Un solide départ à l'école élémentaire est un gage de solide arrivée dans un établissement d'apprentissage, à un collège ou à l'université, ce qui se concrétise par un bon emploi.

En quatrième lieu, nous tirons tous les avantages possibles de notre Loi sur l'énergie verte.

M. Al Gore a déclaré que la Loi sur l'énergie verte de l'Ontario est « communément reconnue comme le programme sur l'énergie verte qui, pris individuellement, est le meilleur programme d'énergie verte du continent nord-américain. »

Et peut-être avez-vous entendu parler de l'opération Samsung.
Il s'agit de la plus grande du monde en son genre.
Cette compagnie investit sept milliards de dollars en Ontario, ce qui nous donne 2 500 MW d'énergie renouvelable propre en provenance du vent et du soleil.

Et quatre usines.

Et 16 000 emplois.

Nombre de ces emplois seront créés dans l'Ontario rural.

En collaborant, nous allons continuer de renforcer une économie qui créera de bons emplois pour nos familles.

Vous savez, nous l'avons fait par le passé.

Il vous suffit d'examiner notre histoire pour voir comment l'Ontario a remporté des succès grâce à la détermination de sa population.

Quand l'économie mondiale était concentrée sur l'agriculture, nous avons construit des fermes dans une terre que, de l'avis de beaucoup, était froide et inhospitalière.

Quand on construisait un réseau routier national et que la voiture s'est hissée à la première place, nous sommes devenus le fabricant de voiture numéro un d'Amérique du Nord.

Aujourd'hui, alors que l'économie du savoir s'implante ... nous bénéficions déjà d'un des plus hauts taux d'éducation postsecondaire au monde.

Aujourd'hui, nombre d'endroits du monde font face aux mêmes défis que nous.

Pas plus tard que la semaine dernière, j'étais à Washington, D.C.

J'y ai rencontré des gouverneurs des États-Unis.

Vous savez, aux États-Unis, on ne permet pas aux gouvernements d'états d'accuser des déficits.

À l'inverse des provinces du Canada.

En conséquence, ils ne peuvent pas faire grand-chose pour aider leurs partenaires municipaux en une période difficile.

J'ai appris qu'il y avait en Californie une collectivité qui donnait à ses résidents deux options quand il s'agissait de composer le 911 pour une urgence médicale.

Ils peuvent payer des frais annuels de 48 $ ...

Ou, s'ils ne veulent pas payer ces frais, on leur facturera 300 $ chaque fois qu'ils recevront un traitement médical d'un premier intervenant.

Je suis fier de la façon dont nous avons collaboré, vous et moi, pour aider nos familles à traverser cette période difficile.

Je suis très fier du partenariat que, vous et moi, nous avons établi au cours des six dernières années.

Qu'il s'agisse des investissements de notre gouvernement dans l'infrastructure de votre collectivité, de partager avec vous notre taxe sur l'essence, de transférer en amont les services qui, comme vous et moi le pensons à juste titre, doivent être ainsi transférés, ou du soutien que nous offrons à vos écoles et à vos hôpitaux.

Vous et moi, nous ne cessons de démontrer notre engagement commun quand il faut collaborer dans l'intérêt des gens que nous avons le privilège de servir.

Je tiens à profiter de la présente occasion pour vous remercier de vos conseils et de votre bonne volonté.

Mon gouvernement ne règlera pas tout.

Mais j'estime qu'il s'en faudra de peu, si nous continuons de nous concerter et d'apprendre les uns des autres.

L'excellente nouvelle, c'est qu'ici en Ontario nous disposons de très solides bases sur lesquelles nous pouvons construire.

Les dirigeantes municipales et les dirigeants municipaux tels que vous constituent une partie importante de cette base.

Encore une fois, je vous remercie de votre rôle mobilisateur.

Et de votre optimisme.
Car la population ontarienne a besoin de le savoir :

Vous et moi, nous ne voyons pas un monde qui nous menace.

Nous voyons un monde ─ un avenir ─ qui nous tend les bras!

C'est un monde « différent » que notre monde postérieur à la récession. Il ne s'adresse pas aux gens timorés.

Il ne récompensera pas non plus les gens indécis.

Mais il regorge de nouvelles possibilités.

Ensemble, saisissons ces possibilités.

Continuons d'aller de l'avant sur le chemin de la reprise.

Merci.


Partager

Sujets

Affaires et économie Éducation et formation Environnement et énergie Régions rurales et du Nord