Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Discours de la première ministre au petit-déjeuner du maire d'Ottawa

Discours archivé

Discours de la première ministre au petit-déjeuner du maire d'Ottawa

Cabinet du premier ministre

Bonjour. Je suis ravie de me trouver parmi vous sur le territoire traditionnel des peuples algonquin et anishinaabe.

C'est toujours merveilleux de commencer la journée entourée de nombreux membres importants de notre équipe et de fiers représentants d'Ottawa : Bob, Madeleine et Phil. Je tiens à remercier Phil pour son invitation et pour sa collaboration exceptionnelle avec notre nouveau gouvernement.

J'ai beaucoup pensé aux maires dernièrement, car je considère que l'Ontario est un réseau de collectivités. Il s'agit pour moi d'une carte interconnectée de 444 municipalités dont les économies, les priorités et les besoins sont reliés. Je compte donc collaborer étroitement avec vous, Jim, et avec tous les maires. En fait, ma vision pour notre province repose sur vous toutes et tous.

Un penseur américain nommé Benjamin Barber va publier plus tard, cette année, un livre intitulé « If Mayors Ruled the World » (si les maires dirigeaient le monde). Barber a prononcé un discours devant les petites municipalités urbaines de l'Ontario plus tôt cette année et certains d'entre vous connaissent donc probablement ses travaux. Dans son nouvel ouvrage, il prétend que les villes peuvent nous fournir le meilleur modèle de progrès pour l'avenir.

« Si nous arrêtons de penser en termes d'États-nations et pensons en termes de villes », écrit-il, « les choses qui semblaient impossibles deviennent tout à coup possibles. Leurs relations sont basées sur les communications, le commerce, le transport et la culture. Elles se trouvent dans un espace relationnel et non dans une situation perdant-gagnant. Elles promeuvent la collaboration et non l'exceptionnalisme. »

J'aime beaucoup cette idée et cette façon de penser. Je me suis initialement lancée en politique parce que je voulais améliorer la relation entre les municipalités et la province. Et maintenant, en tant que première ministre, ma vision pour l'Ontario est fondée sur le fait que je crois profondément en la collaboration. Je veux que nous collaborions pour bâtir cette province. C'est ma responsabilité en tant que première ministre, et ma priorité.

Mon prédécesseur, qui est originaire de cette magnifique ville, était connu comme le premier ministre de l'éducation. Durant ses mandats, il a investi dans le système scolaire public pour veiller à ce que chaque enfant en Ontario puisse bien démarrer dans la vie. C'est ce qu'on exigeait de lui à l'époque. Après des années de coupures dévastatrices, l'Ontario avait besoin de rétablir son système d'éducation.

À l'heure actuelle, l'Ontario a besoin que la première ministre se concentre sur la croissance économique et la création d'emplois. Je dois créer les conditions adéquates pour que chaque région, chaque ville, chaque industrie et chaque personne puissent réussir. La vérité est qu'actuellement, l'Ontario ne réalise pas son plein potentiel. Nous n'obtenons pas les résultats que nous devrions obtenir. Les bases sont là, le talent est au rendez-vous et nous avons la volonté d'y arriver, mais nous devons nous rallier autour d'une vision réaliste. Nous devons collaborer pour que toutes les parties fonctionnent mieux. Ce n'est pas aussi compliqué que vous le pensez, mais il nous faut adopter un objectif et un plan.

Pour qu'Ottawa et l'ensemble de l'Ontario bénéficient d'une économie provinciale robuste, j'estime que nous devons prendre certaines mesures simples.

  • Nous devons investir dans notre infrastructure. Notre économie repose sur ces bases et si notre infrastructure est inadéquate, alors nous ne pourrons pas réussir. La création de richesse est impossible sans ces bases.
  • Nous devons veiller à ce que la réglementation des entreprises soit juste, efficace et simple. Nos industries doivent pouvoir croître, s'épanouir et être créatrices d'emplois. Alors que nous continuons à protéger l'environnement et à créer des milieux de travail sécuritaires, nous devons aussi ne pas entraver, dans la mesure du possible, le succès du secteur privé.
  • Nous devons continuer à créer un régime d'imposition progressiste, ce que nous avons déjà commencé à faire, pour stimuler la création d'emplois et créer en Ontario un climat qui attire les investissements et favorise l'expansion.
  • Nous devons également investir dans nos atouts régionaux. Nous devons donc comprendre ce que nous faisons bien et renforcer ces succès, qu'il s'agisse des ressources naturelles dans le Nord ou de l'économie du savoir à Ottawa et à Kitchener-Waterloo, de la promotion des produits locaux en tant que moteur économique ou des investissements dans la recherche et l'innovation pour soutenir le prochain RIM ou Shopify.
  • Nous devons élargir la portée de notre commerce. L'Ontario compte une population extrêmement diverse qui dispose de réseaux dans le monde entier. Nous devons tirer profit de ces réseaux et nous en servir pour créer de nouveaux débouchés.
  • Nous devons construire de meilleures passerelles au sein de la population active et pallier les lacunes en matière de compétences, en Ontario. Nous devons donc aider les jeunes à trouver des emplois, aider les chômeurs à faire la transition au monde du travail et nous prévaloir de l'immense potentiel des nouveaux Canadiens et Canadiennes.

C'est ce que j'ai l'intention de faire. Tous ces enjeux sont interconnectés, comme nos 444 municipalités le sont. Il ne s'agit pas d'une situation gagnant-perdant. Il s'agit pour nous de collaborer. C'est ce qui rendra l'Ontario exceptionnel. Si nous accomplissons cela, si nous nous concentrons sur l'impulsion donnée à la croissance économique et à la création d'emplois, l'Ontario deviendra alors un acteur qui comptera. Les bénéfices seront réels.

Les personnes dont nous finançons les études actuellement deviendront les entrepreneurs de demain, les maires de l'avenir. Les idées dans lesquelles nous investissons se transformeront en industries. La femme d'affaires qui nous présente à ses anciens collègues d'Amérique latine, d'Inde ou du Moyen-Orient, sera le fil conducteur vers une nouvelle réalité commerciale pour l'Ontario. Notre économie en bénéficiera, c'est vrai. Elle s'épanouira. Mais nos collectivités seront aussi gagnantes et notre mode de vie également.

Nous serons en mesure de créer des collectivités comme Ottawa, de façon durable. Nous réduirons notre empreinte sur cette magnifique région du monde. Nous aurons plus de temps à consacrer à nos familles à la fin de la journée, et nous aurons un peu plus d'argent dans nos poches pour rénover nos logements et plus d'argent à dépenser dans nos fabuleux marchés et restaurants.

Si chaque habitant de la province peut travailler et contribuer, alors sa santé s'améliorera. La pression sur nos réseaux sociaux s'atténuera. Nos parents et amis pourront vieillir en sachant qu'on prendra soin d'eux sans alourdir le fardeau des hôpitaux et du système de santé.

La croissance économique consiste à améliorer nos vies pour que nous puissions accomplir davantage. Nous sommes un réseau, une carte de collectivités interconnectées. Toutes ces parties individuelles doivent réussir si l'Ontario veut réussir. C'est la première ministre que j'ai l'intention de devenir et c'est la relation que je veux établir avec Jim et avec vous toutes et tous. Je veux que nous œuvrions à ce type de collaboration, que nous améliorions nos communications, notre commerce, notre réseau de transport et notre culture.

Si nous le faisons, si nous pouvons envisager l'avenir sous l'angle de l'amélioration des vies individuelles, des idées, des emplois et des sociétés, si nous stimulons la croissance et attirons des investissements intelligents à Ottawa, Thunder Bay, New Liskeard et Niagara-on-the-Lake, et si nous prenons ces mesures, alors ce qui semblait impossible deviendra possible. Nous relèverons nos défis et nous dépasserons notre potentiel.

À Ottawa, je sais que vous vous concentrez déjà sur cet objectif. Vos priorités sont mes priorités et c'est le message que je transmettrai à tous les maires et à toutes les municipalités de l'Ontario. Nous allons collaborer et nous donnerons de l'expansion à notre économie. Nous aiderons la population dans la vie de tous les jours et nous montrerons au monde ce dont Ottawa et l'Ontario sont capables.

Je vous remercie!

Partager

Sujets

Arts et culture Affaires et économie Conduite et routes Éducation et formation Environnement et énergie Gouvernement Santé et bien-être Domicile et communauté Travail et emploi Lois et sécurité Régions rurales et du Nord Impôts et avantages fiscaux Voyage et loisirs