Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Discours de la première ministre à la conférence de l'Association des municipalités de l'Ontario

Discours archivé

Discours de la première ministre à la conférence de l'Association des municipalités de l'Ontario

Cabinet du premier ministre

Bonjour. Good Afternoon, Ahnee, Bojoo. Je suis ravie d'être de retour à Ottawa et ici, sur le territoire traditionnel des Algonquins et des Anichinabés. Merci, Russ, pour cette aimable présentation.

C'est un grand plaisir d'être ici avec vous. C'est aussi un plaisir de voir que les membres de mon équipe exceptionnelle sont venus en si grand nombre. Certains d'entre eux s'adresseront à vous durant la conférence.

Je tiens à vous dire que votre travail m'inspire un profond respect et que votre compréhension de vos collectivités est très précieuse. Nos relations ont une grande valeur à mes yeux et m'apportent des renseignements très utiles pour mon travail et pour la vision de mon gouvernement. C'est ce dont je vais vous parler aujourd'hui.

Je suis consciente que je ne suis pas la première personne à parler et que la barre est haute lorsqu'on prend la parole après le premier orateur de ce matin. Même s'il s'agit de ma onzième visite à l'Association des municipalités de l'Ontario, je ne peux pas rivaliser avec quelqu'un qui a voyagé dans l'espace trois fois. Vous n'auriez pas pu choisir meilleur invité que Chris Hadfield pour prononcer le discours d'ouverture de votre conférence cette année, surtout que le thème porte sur les sources d'inspiration et les grandes aspirations. Le commandant Hadfield nous a tous inspirés lors de sa dernière mission à la station spatiale. Il nous a donné des aspirations à nous aussi. Vous vous souvenez peut-être de son numéro musical unique. J'étais au Centre des sciences dans une salle pleine d'étudiants lors de sa dernière diffusion à partir de la station spatiale, et une phrase de la chanson m'a marquée. Elle signifiait : « Vu d'ici il n'existe pas de frontières. »

Dans cette seule phrase, il nous a rappelé à quel point nous sommes tous interreliés, vus d'en haut. Il l'a aussi fait à l'aide des photos qu'il a publiées sur Twitter. Plusieurs montraient la province tout illuminée la nuit. De Windsor à Ottawa, en passant par Kitchener-Waterloo et Barrie, on peut voir chaque municipalité qui brille comme une étoile dans une constellation.

Il nous a montré toute la splendeur de l'Ontario vue de là où il se trouvait, à des centaines de miles au-dessus de nous. En tant que premier Canadien à commander la Station spatiale internationale, le commandant Hadfield a clairement vu vos collectivités et la manière dont elles sont interreliées lorsqu'on les regarde toutes. Quant à moi, je ne suis pas dans la station spatiale, mais je suis tout de même la première personne à passer des fonctions de ministre des Affaires municipales et du Logement à celles de première ministre de l'Ontario. Je vois donc ces liens, moi aussi.

Beaucoup d'entre vous ont travaillé avec moi lorsque j'assumais d'autres fonctions dans divers ministères, notamment au ministère des Transports, au ministère de l'Éducation et au ministère des Affaires autochtones. Cette expérience me donne une perspective éclairée dans mes fonctions actuelles. À de nombreux égards, je comprends votre point de vue et vos besoins, car les postes que j'ai occupés auparavant m'ont amenée à vous écouter et à travailler avec vous. Je n'ai pas changé mes priorités ni ma manière de faire les choses depuis que je suis première ministre. Les meilleures décisions sont fondées sur des faits, sur les observations de la collectivité et sur la collaboration.

Aujourd'hui, je parlerai surtout de collaboration, car c'est un défi à relever. Toutefois, les faits et les observations de la collectivité me guident dans la prise de décisions. Je cherche toujours à trouver des solutions axées sur la collaboration.

Je crois fermement que c'est grâce à des relations solides et à une communication franche que nous concevrons les meilleures politiques pour vos municipalités et que nous bâtirons une province des plus dynamiques pour nos amis et nos familles. C'est pourquoi je continuerai d'aller de l'avant en m'appuyant sur les discussions fructueuses que nous avons eues lors des réunions menant au protocole d'entente. C'est aussi pourquoi j'ai beaucoup voyagé depuis mon assermentation en février.

Je souhaite être la première ministre de l'ensemble de la province. Cela veut dire qu'il faut reconnaître les 444 municipalités de l'Ontario comme un écosystème et que le succès de notre province repose, d'une part, sur le succès de chacune de ces municipalités et, d'autre part, sur la prospérité de chacun de leurs résidents. On ne peut pas aborder séparément les questions touchant les régions urbaines, suburbaines, rurales et du Nord, ni donner la priorité à une région ou à une partie de la population plutôt qu'à une autre.

Je veux construire, avec les municipalités de l'Ontario, une relation qui nous permette de trouver des façons de travailler ensemble pour réaliser nos priorités communes. C'est pourquoi j'ai tenu la première réunion du Conseil des ministres dans le Nord en près de 20 ans, à Sault Ste. Marie. Merci, Mairesse Amaroso, pour votre accueil. C'est aussi pourquoi j'ai rendu visite au maire Brocanier à Cobourg et au maire Laughren à Timmins, et que j'ai visité Merrickville avec le maire Struthers afin qu'il me montre les problèmes qu'il a à résoudre. J'ai eu un entretien avec le maire de Barrie, M. Lehman et avec le maire Francis de Windsor, et j'ai aussi déjeuné avec le maire Watson ici, à Ottawa, pour arriver à comprendre leurs priorités et leurs préoccupations.

J'ai essayé de visiter le plus d'endroits possible et de rencontrer des gens des collectivités de toute la province. C'est ce que je dois faire pour comprendre les situations auxquelles vous êtes confrontés et ce que je peux faire pour vous aider. Je sais, par exemple, que la conjoncture économique réduit l'assiette fiscale de plusieurs d'entre vous. C'est un problème auquel vous faites face tous les jours. Mon gouvernement se concentre donc sur le développement des économies régionales et sur la création d'emplois dans toutes vos municipalités. Mes ministres et moi avons tenu des tables rondes sur l'emploi dans de nombreuses collectivités, et c'est pourquoi nous continuons d'investir dans nos fonds de développement régionaux efficaces.

Le Fonds de développement de l'Est de l'Ontario a aidé à créer et à protéger plus de 14 000 emplois dans cette région. Quant au Fonds de développement du Sud-Ouest de l'Ontario, il soutient plus de 6 000 emplois. De London à Kingston, en passant par Belleville, les dirigeants d'entreprises m'ont répété à maintes reprises à quel point ces fonds sont essentiels à la vigueur du secteur manufacturier. Une entreprise de Brockville utilise ce soutien pour investir dans les nouvelles technologies de traitement de l'eau, de manière à exceller sur les marchés mondiaux. La technologie qu'elle exploite a été conçue ici, en Ontario.

À Cobourg, un fabricant de plastique se sert de ces fonds pour engager environ 20 nouveaux employés. Et à Peterborough, un grand fabricant de pièces accroît ses activités, créant ainsi de bons emplois locaux.

Nous voulons voir ce dynamisme faire son chemin dans toutes les régions et dans tous les secteurs de la province. C'est pourquoi nous continuons d'ajuster ces fonds de manière à ce qu'ils fonctionnent bien pour vous.

Justement, nous avons annoncé vendredi un élargissement de la portée de ces fonds. Nous avons écouté les préoccupations des collectivités qui se sentaient laissées pour compte vis-à-vis de ces programmes et en avons ajusté la portée pour répondre à leurs besoins. C'est ce genre de relations que je veux entretenir avec vous. Je suis ici pour aider vos municipalités à réussir en tirant profit des forces et des priorités de vos collectivités.

L'Ontario se caractérise par le dynamisme de ses gens. Notre meilleur atout, c'est notre main-d'œuvre instruite, novatrice et diversifiée. Chaque municipalité doit pouvoir se servir de ce dynamisme et de ce savoir‑faire pour planifier l'avenir. À des endroits comme Ottawa et Kitchener-Waterloo, cela veut dire que nous vous aiderons à tirer profit de vos économies du savoir et veillerons à ce que les entreprises aient accès aux capitaux dont elles ont besoin pour innover et financer de nouvelles initiatives. Nous veillerons à ce que les jeunes entrepreneurs aient les ressources qui leur permettent de concrétiser leurs idées.

Mon gouvernement fera la promotion des aliments locaux dans toute la province pour que nous puissions aider les agriculteurs et les fabricants de produits alimentaires ainsi que soutenir la recherche dans des endroits comme Perth, Leamington et New Liskeard. Pour répondre aux besoins des collectivités situées autour du Cercle de feu, nous veillerons à ce que l'extraction des ressources naturelles soit accompagnée des programmes et des infrastructures essentiels au soutien de la croissance et à la création de belles possibilités pour les gens de cette région.

Nous prenons toutes ces mesures parce que nous savons qu'elles aident à résoudre les problèmes auxquels vous êtes confrontés tous les jours.

Mais, ensemble, nous pouvons accomplir encore plus. Lorsque je suis à Windsor et que j'entends dire qu'il manque 200 soudeurs, je veux aider à la formation des gens pour que la ville ait les personnes compétentes dont elle a besoin pour rester l'un des principaux centres manufacturiers de la province.

Lorsque je suis à Cornwall ou à Brockville et que j'entends que des entreprises locales cherchent des mécaniciens ou des électriciens qualifiés, je suis résolue à dire aux jeunes qu'il s'agit là d'excellents choix de carrière qui leur assureront un bel avenir dans leur collectivité et ailleurs dans la province.

À New Dundee, lorsque j'entends des producteurs dire qu'ils ont besoin de plus de jeunes agriculteurs, je veux m'assurer que nous mettons en évidence les nombreuses possibilités offertes aux jeunes dans le secteur agroalimentaire. Et je veux trouver des moyens d'aider les jeunes à se lancer en agriculture même s'ils ne viennent pas d'une famille d'agriculteurs.

C'est pourquoi nous avons instauré la Stratégie d'emploi pour les jeunes, qui sert à présenter aux jeunes de bons choix de carrière et à renforcer les collectivités grâce à des avenues de développement économique et de croissance.

Notre province a des défis à relever; elle a des obstacles à surmonter.

Mais plus je passe de temps dans vos municipalités, plus clairement je vois des solutions. J'envisage l'avenir avec optimisme, car je vois tout ce que vos collectivités ont à offrir. C'est pourquoi je considère que mon rôle est d'intervenir en faveur de vos besoins et de vos priorités. Je veux travailler avec vous à la réalisation de nos priorités communes. Mais je veux aussi me servir de vos expériences et de votre contribution pour travailler en votre nom avec les autres ordres de gouvernement.

Je serai votre voix à l'extérieur de l'Ontario. C'est une des raisons pour lesquelles je suis allée à la réunion du Conseil des gouverneurs des Grands Lacs à l'île Mackinac cette année. Je sais que la baisse des niveaux d'eau a des répercussions négatives sur les collectivités situées sur les rives des Grands Lacs, et que leur économie en souffre. De plus, je sais que nous devons protéger la qualité de nos Grands Lacs. J'ai donc pris ma place à la table pour faire partie de la solution du gouvernement, de façon à faire valoir les besoins de l'Ontario.

J'ai aussi apporté une perspective municipale à la réunion du Conseil de la fédération, que j'ai tenue plus tôt, dans la magnifique municipalité de Niagara-on-the-Lake. J'ai alors échangé avec mes homologues des autres provinces et territoires et, à titre de présidente, j'ai dirigé les discussions sur le besoin, dans la province, de créer des emplois, de développer les compétences et d'investir dans l'infrastructure, parce que ces questions touchent toutes les municipalités de la province, peu importe leur taille, leur emplacement ou leurs industries prédominantes.

Je crois que c'est ma responsabilité de lutter pour attirer les investissements dans la province, et j'ai convaincu mes collègues de défendre avec moi cette cause commune en réclamant au gouvernement fédéral qu'il affecte des fonds à l'infrastructure stratégique du pays.

Je sais que l'infrastructure constitue une préoccupation majeure pour vous.

Je vous ai écoutés lorsque vous m'avez dit que les municipalités ont besoin de financement stable pour répondre à leurs besoins pressants en matière d'infrastructure. C'est pourquoi notre gouvernement a lancé cette année un nouveau fonds de 100 millions de dollars qui aide les petites municipalités et les municipalités rurales et du Nord à financer leur infrastructure essentielle comme les routes, les ponts, les aqueducs et les systèmes de collecte des eaux usées. Les municipalités pourront recevoir un appui financier dès octobre et notre gouvernement fera de ce programme une source permanente de financement, car vous nous avez dit en avoir besoin. C'est aussi pourquoi nous avons pérennisé la taxe sur l'essence dans notre budget cette année.

J'ai bien compris. Je travaille avec vous pour améliorer notre infrastructure.

Mais le gouvernement fédéral doit aussi intervenir. Pour vous mettre en contexte, l'Ontario prévoit investir environ 13 milliards de dollars dans l'infrastructure stratégique cette année. Le gouvernement fédéral, quant à lui, prévoit investir moins de 6 milliards de dollars dans l'infrastructure provinciale, territoriale et municipale de tout le pays. Je crois que nous pouvons nous attendre à mieux.

Nous avons clairement vu ce problème cet été dans les conséquences des violents orages et dans le terrible épisode qui s'est déroulé à Lac-Mégantic. Nous devons préparer nos systèmes à des situations extrêmes et investir dans notre propre sécurité. Vos plans de gestion des biens immobiliers occupent une grande place dans ce processus, car ils nous indiquent vos priorités et nous permettent de travailler ensemble pour trouver des solutions et des investissements judicieux.

Chacun des membres de mon équipe s'engage à travailler avec vous. Nous nous battrons pour régler les problèmes et n'hésiterons pas à ouvrir un vrai débat. Mais nous devons répondre aux vraies questions et nous attaquer à la véritable source des problèmes, plutôt que de poser des gestes symboliques ou de retomber dans un discours vide de sens. Ces vrais problèmes ne sont pas toujours excitants à aborder ou faciles à résumer dans un clip sonore de 30 secondes. Ils ne sont pas nécessairement faciles à résoudre. Mais les progrès pour arriver à des solutions commencent par des programmes pratiques qui répondent aux préoccupations de vos municipalités.

Nous voulons réduire les formalités administratives pour attirer les investissements dans toute la province et créer des emplois dans vos collectivités. À cette fin, nous allons de l'avant avec le Programme des sites certifiés prêts à l'investissement. Il s'agit du premier programme provincial de certification des sites au Canada. Il fait voir aux entreprises du monde entier les endroits dans vos municipalités qui sont prêts au développement, en leur apportant des éclaircissements sur les préoccupations environnementales et l'accès aux services publics. En pratique, cela signifie que les entreprises peuvent rapidement prendre des décisions plus éclairées et accélérer le démarrage de leurs projets d'expansion. Pour les municipalités, il s'agit d'un outil de plus pour promouvoir leurs collectivités, attirer des investissements et favoriser la croissance.

Demain, Linda Jeffrey, notre ministre des Affaires municipales et du Logement, prendra la parole. Elle vous parlera des autres facettes de notre plan visant à répondre adéquatement à l'évolution des besoins des collectivités et à veiller à ce que les outils de planification municipale soient fiables et efficaces. À mesure que nous irons de l'avant, Linda et moi compterons sur vos opinions et votre collaboration, car vous connaissez les besoins de vos collectivités.

J'apprécie votre aide à bien des égards. Vous nous avez aidés à modifier le Fonds de partenariat avec les municipalités de l'Ontario de manière à ce qu'il continue de répondre aux besoins des collectivités. Nous annoncerons donc les détails du programme repensé à l'automne, juste à temps pour soutenir le processus de planification budgétaire.

Nous continuons aussi de nous fier à votre précieuse contribution à l'égard de l'arbitrage des différends. Je sais que cette question revêt une grande importance pour vous. Notre gouvernement est résolu à instaurer un modèle de négociations salariales viable qui respecte tant la négociation collective qu'un processus d'arbitrage équitable et transparent. Notre ministre du Travail, Yasir Naqvi, s'engage à travailler avec tous nos partenaires pour y parvenir.

Et j'espère que vous aborderez ce processus avec le plus d'ouverture possible. La collaboration entre vous et vos partenaires du milieu syndical est nécessaire pour résoudre cette question. Toutefois, nous devons nous concentrer sur les vrais problèmes. Il faut miser sur les relations solides qui peuvent nous aider à traverser ces temps difficiles.

Je crois sincèrement que nous pouvons régler un grand nombre de nos problèmes par la discussion. C'est ce que je fais depuis mon entrée en fonctions : je m'assois avec les intervenants, les partenaires du milieu syndical et les membres de l'opposition pour trouver une meilleure façon d'aller de l'avant. Notre travail est tellement important - celui des dirigeants municipaux, des représentants des ministères, du gouvernement provincial... mais la façon dont nous travaillons l'est aussi. Il est facile d'être négatif et de trouver des points conflictuels, mais il n'en demeure pas moins que nous sommes dans cette situation ensemble. Nous sommes dans la même équipe. De plus, la grande importance que j'accorde à la collaboration et à la recherche de véritables solutions pratiques vient de ma confiance en vous et, disons-le franchement, en la façon dont vous travaillez. Elle vient aussi de la confiance que j'ai en vos collectivités et en vos électeurs.

Notre gouvernement comprend qu'il ne peut pas sabrer dans les services dont vous dépendez pour résoudre un manque à gagner. Ce ne serait pas juste. C'est pourquoi nous continuons de transférer les coûts engagés par les municipalités.

Nous savons aussi qu'il ne faut pas que l'investissement dans les infrastructures de transport essentielles augmente les pressions exercées sur les contribuables fonciers de vos municipalités. Nous devons trouver de véritables solutions, car c'est ce que méritent les Ontariens et les Ontariennes.

En septembre, nous reprendrons la législature avec notre gouvernement minoritaire. Le contexte politique ne facilite pas la réalisation de véritables progrès, mais nous n'abandonnerons pas ce qui est possible. L'exercice des pouvoirs qui me sont confiés est ma priorité et je suis ici pour travailler avec vous et pour vous. Je veux de la croissance et de l'innovation dans toute la province. Il faut construire l'Ontario de demain sur la vigueur de nos collectivités. C'est pourquoi le commandant Hadfield m'a inspirée par ces photos... Il faut nous aussi regarder l'Ontario vu d'en haut pour réaliser à quel point nous sommes tous interreliés.

Nous formons une province unie à laquelle s'offrent d'innombrables possibilités. Et je suis déterminée à travailler avec vous pour les concrétiser.

Merci. Thank you. Meegwetch.

Partager

Sujets

Affaires et économie Conduite et routes Gouvernement Travail et emploi Impôts et avantages fiscaux