Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

L'Ontario et les Premières Nations de Matawa célèbrent une entente-cadre historique de négociations concernant le Cercle de feu

Communiqué archivé

L'Ontario et les Premières Nations de Matawa célèbrent une entente-cadre historique de négociations concernant le Cercle de feu

La première ministre se joint aux chefs des Premières Nations de Matawa pour formaliser l’entente-cadre régionale

Cabinet du premier ministre

La première ministre Kathleen Wynne et les chefs des Premières Nations de Matawa étaient à Thunder Bay aujourd'hui où ils se sont joints aux membres de la collectivité pour célébrer officiellement la récente signature d'une entente-cadre régionale historique concernant le développement du Cercle de feu. 

L'entente-cadre régionale (ECR) est la première étape d'un processus historique de négociation communautaire qui réunira les neuf Premières Nations de Matawa et la province de l'Ontario pour entamer des discussions et des négociations à propos d'une approche de développement des territoires traditionnels des Premières Nations. Ce processus aidera à faire en sorte que les Premières Nations participent aux développements liés au Cercle de feu et en tirent avantage.

L'entente fait en sorte que les Premières Nations et l'Ontario pourront travailler ensemble pour exploiter les possibilités de développement des ressources qu'offre le Cercle de feu. Cela inclut une surveillance environnementale régionale à long terme, une participation accrue aux processus d'évaluation environnementale, un partage des recettes provenant de l'exploitation des ressources, des soutiens économiques et une infrastructure régionale et communautaire.

Présents lors de la cérémonie, on comptait le chef Sonny Gagnon de la Première Nation d'Aroland, le chef Fred Sackaney, de la Première Nation de Constance Lake, la chef Elizabeth Atlookan, de la Première Nation d'Eabametoong, la chef Celia Echum, de la Première Nation de Ginoogaming, le chef Allen Towegishig, de la Première Nation de Long Lake (réserve no 58), le chef Elijah K. Moonias, de la Première Nation de Marten Falls, le chef Peter Moonias, de la Première Nation de Neskantaga, le chef Johnny Yellowhead, de la Première Nation de Nibinamik et le chef Cornelius Wabasse, de la Première Nation de Webequie.

Michael Gravelle, ministre du Développement du Nord et des Mines, David Zimmer, ministre des Affaires autochtones, et Bill Mauro, ministre des Affaires municipales et du Logement, étaient également présents lors de la célébration et se sont joints au chef Georjann Morriseau de la Première Nation de Fort William, à Bob Rae, négociateur pour les Premières Nations de Matawa et ancien premier ministre de l'Ontario, et à Frank Iacobucci, négociateur pour l'Ontario et ancien juge de la Cour suprême du Canada, pour dévoiler l'entente-cadre.

L'événement a inclus des cérémonies traditionnelles des Premières Nations, une cérémonie de signature commémorative avec la première ministre Wynne, et un échange de cadeaux.

L'investissement dans l'exploitation du Cercle de feu fait partie du plan du gouvernement en matière d'économie qui permet de créer les emplois d'aujourd'hui et de demain. Ce plan global et les six priorités qui en découlent mettent l'accent sur les plus grandes forces de l'Ontario : sa population et ses partenariats stratégiques. Le processus de négociation de la stratégie régionale avec les neuf Premières Nations est une composante essentielle de ce plan.

Le conseil tribal de Matawa se compose des neuf chefs des Premières Nations de Matawa. Les Premières Nations se trouvent dans le Nord de l'Ontario. Cinq de ces Premières Nations sont isolées et accessibles uniquement par voie aérienne ou par route d'hiver, et quatre sont desservies par le réseau routier. Voici les langues parlées : dialectes de l'ojibwé, de l'oji-cri et du cri. Huit des neuf collectivités sont membres du Traité de la baie James, Traité n° 9. La Première Nation de Long Lake (réserve no 58) fait partie du Traité Robinson-Supérieur de 1850 mais a été le lieu de signature du Traité no 9. L'exploitation des ressources dans la région connue sous le nom « Cercle de feu » aura une incidence sur ces neuf Premières Nations.

Faits en bref

  • Le Cercle de feu, situé à 540 kilomètres au nord-est de Thunder Bay, est une des régions minérales les plus riches de la province.
  • Le Cercle de feu contient des réserves minérales potentielles d’une valeur de 60 milliards de dollars. Il inclut le plus important gisement de chromite jamais découvert en Amérique du Nord. La chromite est un élément clé de la composition de l’acier inoxydable.
  • Le Cercle de feu contient aussi des réserves importantes de nickel, de cuivre et de platine.
  • En juillet 2013, l’Ontario a nommé l’honorable Frank Iacobucci négociateur principal pour l’Ontario dans le cadre des discussions avec les Premières Nations de Matawa portant sur le développement des ressources dans le Cercle de feu.
  • En novembre 2013, l’Ontario a annoncé qu’il allait se charger de créer une société de développement qui regrouperait des partenaires des secteurs privé et public, dont de grandes sociétés minières, les Premières Nations ainsi que les gouvernements fédéral et provincial. Cette société serait responsable du développement de l’infrastructure stratégique dans la région du Cercle de feu.
  • Le développement du Cercle de feu est assujetti à tous les processus d’évaluation environnementale et de réglementation nécessaires, et doit faire l’objet de consultations de la part de la Couronne.

Ressources additionnelles

Citations

« Grâce à cette entente, nous avons franchi une étape importante ensemble. En effet, nous avons adopté un processus de négociation quelque peu différent qui est fondé sur le respect. Nous disposons désormais d’une entente-cadre qui orientera nos discussions alors que nous nous efforçons de réaliser nos objectifs communs et de veiller à ce que tout le monde bénéficie du développement du Cercle de feu. »

Kathleen Wynne

première ministre de l’Ontario

« Depuis la découverte de dépôts à Wawangajing (Cercle de feu), il y a eu plusieurs initiatives prématurées, qu’il s’agisse du corridor ferroviaire continu et décrié à la proposition de pipelines boueux en passant par la fondrière de mousse. Nos deux protestations d’hiver, qui soulignent l’absence de consultation étaient conçues pour ralentir la suite des choses et faire le point sur la situation. Le protocole d’entente que notre Première Nation a conclu avec l’Ontario a pour objectif d’obtenir la participation avec la PN individuelle et l’entente-cadre régionale est un prolongement de cet effort de façon à inclure d’autres intervenants dans la proposition de développement de la région avoisinante. Comme je l’ai mentionné auparavant, bon nombre de protocoles d’entente, de documents administratifs et d’ententes-cadres ont été adoptés et sont maintenant disparus dont notamment la plus tragique est le démantèlement de la Commission des Indiens de l’Ontario en 2005 par Affaires indiennes et du Nord Canada. Actuellement, il n’existe aucun outil pour mener des discussions à trois paliers mais la nécessité de tenir des discussions trilatérales pour le développement du Cercle de feu ne fait aucun doute. Je crois que notre protocole d’entente local et que l’entente-cadre offrent le contexte pour cela. »

Chef Elijah K. Moonias

Première Nation de Marten Falls

« Cette entente-cadre régionale est une réalisation remarquable qui représente un pas important dans notre processus de négociation régionale communautaire. Je suis incroyablement fier que notre collaboration avec les Premières Nations de Matawa continue de progresser et que nous continuons à faire des progrès notables sur le plan du développement régional, environnemental et économique. »

Michael Gravelle

ministre du Développement du Nord et des Mines

« La cérémonie d’aujourd’hui prouve le bon vouloir de la première ministre et des chefs dans le cadre des négociations que nous entamons. Les négociations en vertu de cette entente-cadre s’ajouteront aux négociations directes essentielles avec la Première Nation de Webequie que la province de l’Ontario a entamées à propos de tout un éventail d’enjeux liés au Cercle de feu. Le succès de ces deux séries de négociations traceront la voie d’un avenir différent pour nous toutes et tous. Il est maintenant temps que le vrai travail commence. Nous comptons collaborer avec l’Ontario et les autres Premières Nations. »

Chef Cornelius Wabasse

Première Nation de Webequie

« Améliorer la qualité de vie et créer des avantages économiques durables pour les communautés des Premières Nations est une des priorités de ce gouvernement. Cette entente-cadre régionale montre comment le dialogue respectueux, la négociation et la collaboration peuvent stimuler les projets de développement économique, dans l’intérêt de tous les intervenants impliqués. »

David Zimmer

ministre des Affaires autochtones

« Cette entente-cadre montre que nos Premières Nations sont ouvertes au développement durable et respectueux de nos terres. Je tiens à affirmer notre engagement envers les accords et les protocoles d’entente actuels avec d’autres intervenants et d’autres Premières Nations, alors que nous donnons une impulsion à ce processus régional avec l’Ontario. »

Chef Sonny Gagnon

Première Nation d'Aroland

« Avec cette entente-cadre, les buts et les aspirations des Premières Nations de Matawa de même que de tous les résidents du Nord et, en fait, de l’ensemble de la population de l’Ontario sont en fait intrinsèquement liés, non seulement pour aujourd’hui mais également pour les générations à venir. »

Bill Mauro

député, Thunder Bay-Atikokan

« L’entente-cadre régionale ne consiste pas à vendre nos terres, mais à les partager comme nos aînés l’avaient envisagé, dans l’intérêt de toutes et de tous. La Première Nation de Nibinamik comprend l’importance d’équilibrer le développement économique nécessaire pour assurer la croissance communautaire et la productivité, avec la nécessité de préserver les valeurs et les croyances culturelles, en particulier celles qui sont liées à la terre. Nous sommes ravis d’avoir participé aux cérémonies d’aujourd’hui. »

Chef Johnny Yellowhead

Première Nation de Nibinamik

« L’entente-cadre régionale est un pas positif. Il s’agit d’une entente historique et le processus pour l’élaborer nous a obligé à relever bien des défis. Au cours de la dernière année, il a fallu déployer des efforts considérables pour mener des discussions productives à propos de l’intendance des ressources sur nos terres. Notre communauté nous a accordé un solide mandat pour négocier avec la province sur ces questions. Nous ne pouvons passivement espérer que d’autres personnes prendront soin de nous. Il s’agit de quelque chose dont nous pouvons nous occuper nous-mêmes. Je m’attends à ce que la province fasse part de son engagement envers notre processus communautaire. Ceci est la seule façon par laquelle nous pouvons envisager le type d’avenir que désire notre population. »

Chef Elizabeth Atlookan

Première Nation d’Eabametoong

« Les membres de notre communauté, qui vivent dans la réserve et hors réserve, participeront vraiment à ce processus. Nos voisins de Greenstone et de toute la région du Nord de l’Ontario devraient être heureux de savoir que nous disposons désormais d’un processus. Il s’agit d’un jalon important pour tous les habitants de l’Ontario et il était important que nous marquions ce jalon à l’aide de cérémonies, aujourd’hui. »

Chef Allen Towegishig

Première Nation de Long Lake (réserve no 58)

« Je suis extrêmement fier de me trouver parmi les neuf chefs aujourd’hui. Bon nombre des membres de ma communauté sont également présents. Les personnes qui ne pouvaient pas être parmi nous aujourd’hui et les membres qui sont restés chez nous attendent depuis longtemps de pouvoir entamer des négociations valables avec l’Ontario. Ce n’est que le début. »

Chef Fred Sackaney

Première Nation de Constance Lake

« « Aujourd’hui, je suis heureux de me trouver ici parmi mes collègues chefs pour participer à cet événement important. Ma communauté et moi avons travaillé fort pour en arriver aux résultats d’aujourd’hui. Il convient de noter que nous avons continué à maintenir notre position communautaire et que nus devons continuer d’avoir une relation de gouvernement à gouvernement pour pouvoir progresser. Cette signature témoigne de la volonté des Premières Nations et de l’Ontario de mettre sur pied une relation de gouvernement à gouvernement qui inclut des discussions sur le partage des revenus et un processus conjoint de décisions qui permet à nos communautés de devenir autosuffisantes. »

Chef Peter Moonias

Première Nation de Neskantaga

« Je tiens à remercier toutes les Premières Nations membres. Nous avons travaillé d’arrache-pied au niveau communautaire pour en arriver là, aujourd’hui. Je suis contente que des membres de ma communauté soient ici présents pour participer à cette cérémonie importante. Ceci n’est que le début de beaucoup plus de travail et de planifications qui doivent être faits, tout particulièrement en ce qui attrait à la santé et aux mieux-être social de même que à l’infrastructure. Les chefs et l’Ontario peuvent compter sur ma collaboration future. »

Chef Celia Echum

Première Nation de Ginoogaming

Partager

Sujets

Affaires et économie Environnement et énergie Gouvernement Travail et emploi Régions rurales et du Nord