Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

De bons emplois dans un climat des affaires concurrentiel, innovateur et sobre en carbone

Document d'information archivé

De bons emplois dans un climat des affaires concurrentiel, innovateur et sobre en carbone

Cabinet du premier ministre

La principale priorité du gouvernement de l'Ontario se concrétise, à savoir stimuler la croissance économique et créer de bons emplois. 

L'économie mondiale s'est transformée et l'Ontario est toujours en transition. Pour améliorer la qualité de la vie, renforcer les services publics et offrir de nouveaux débouchés aux travailleurs aujourd'hui et demain, la province doit bâtir une économie innovante basée sur industries du savoir de l'avenir, durables et axées sur les exportations. Grâce au plan économique de la province et à sa main-d'œuvre hautement compétente et talentueuse, la province est bien placée pour réussir dans la nouvelle économie mondiale.

Au cours des deux dernières années, la reprise économique soutenue de l'Ontario qui a suivi la récession économique mondiale s'inscrit dans un plan économique équilibré à quatre volets. Ce plan axé sur l'emploi et la croissance consiste à faire des investissements historiques afin de moderniser l'infrastructure, d'investir dans les talents et les compétences des Ontariennes et Ontariens, d'améliorer la sécurité de la retraite pour tous les travailleurs et d'instaurer un climat des affaires dynamique, innovateur et sobre en carbone. Les méthodes de gestion financière prudentes et responsables, qui visent à éliminer le déficit provincial en 2017-2018, c'est-à-dire l'an prochain, restent le fondement de ce plan à quatre volets.

Les facteurs économiques fondamentaux de l'Ontario ont repris de la vigueur et se renforcent de jour en jour :

  • Reprise de la croissance : Au cours du premier trimestre de 2016, la province a affiché une croissance de son PIB réel plus forte que le Canada, les États-Unis et tous les autres pays du G7, soit un taux annualisé de 3 %, alors que les taux de croissance des États-Unis et mondial étaient seulement de 0,8 % et 2 % respectivement.
  • Baisse du chômage : L'Ontario enregistre l'un des taux de chômage les plus faibles du pays, soit 6,7 %, alors que la moyenne nationale est de 7 %.
  • Reprise en cours : L'Ontario a récupéré tous les emplois perdus pendant la récession et compte aujourd'hui 327 000 emplois de plus qu'au sommet atteint avant la récession, soit une hausse de 4,9 %.
  • De bons emplois : 98,6 % de la hausse de l'emploi enregistrée depuis la récession concerne des postes à temps plein, et 72 % de ces emplois sont dans des secteurs où les salaires sont supérieurs à la moyenne. La majorité des nouveaux emplois sont dans le secteur privé. Depuis juin 2009, il s'est créé en Ontario 446 100 emplois dans le secteur privé, 79 600 emplois dans le secteur public et 73 800 emplois de travailleur indépendant.
  • Des emplois d'avenir : Entre 2010 et 2015, il s'est créé 71 000 postes dans le secteur ontarien des sciences naturelles et appliquées et des domaines connexes, ce qui représente une hausse de 14,3 % de l'emploi dans ce secteur.
  • Hausse des salaires : En Ontario, le salaire hebdomadaire moyen est supérieur à la moyenne nationale. Selon les estimations, la hausse des salaires devrait être en moyenne de 4,5 % entre 2016 et 2019, ce qui est bien supérieur à l'inflation.
  • Expansion des échanges commerciaux : Les entreprises de l'Ontario ont signé 209 ententes à la faveur des trois dernières missions économiques internationales menées par la première ministre, ententes qui ont généré des investissements de près de 2,92 milliards de dollars qui permettront de créer jusqu'à 2 050 emplois.
  • Hausse des exportations : Les exportations de marchandises de l'Ontario ont progressé d'environ 7,5 % au cours des sept premiers moins de 2016, comparativement à la même période en 2015. Entraînée par les exportations vers les États-Unis, cette hausse a été soutenue par la croissance de l'économie américaine et la compétitivité du dollar canadien.
  • Nouveaux investissements : Au cours des trois dernières années, l'Ontario a été à deux reprises nommé principale destination d'Amérique du Nord au chapitre des investissements de capitaux étrangers et se situe régulièrement en tête du Canada pour ce qui est des investissements directs étrangers et du capital de risque. En août 2016, la revue économique internationale Site Selection a désigné l'Ontario comme le meilleur endroit au Canada pour faire des investissements.
  • Réduction de la pollution : Parallèlement à sa croissance économique, la province a atteint l'objectif qu'elle s'était établi en 1990 de réduire de 6 % les émissions de gaz à effet de serre avant 2014, devenant l'une des rares instances d'Amérique du Nord à lutter contre le changement climatique responsable de la pollution.

L'Ontario est un endroit de plus en plus favorable aux affaires. L'impôt sur le revenu des sociétés fédéral et provincial y est de 26,5 %, moins que le taux comparable de n'importe quel État des États-Unis, ce qui a permis à la province de réduire son taux effectif marginal d'imposition des nouveaux investissements par les entreprises de moitié depuis 2009.

L'objectif d'accroître sa compétitivité sur la scène mondiale et de guider l'évolution vers de nouveaux domaines de croissance économique dans l'économie fondée sur le savoir dans les secteurs des marchandises et des services a incité la province à lancer son Initiative pour la croissance des entreprises. En vertu de cette stratégie, des fonds de 400 millions de dollars seront engagés au cours des cinq prochaines années afin de créer une économie axée sur l'innovation, d'aider les entreprises à prendre de l'expansion sur la scène internationale et de moderniser les règlements pour réduire le coût de faire des affaires.

Initiative pour la croissance des entreprises

  • Créer une économie axée sur l'innovation - Le gouvernement provincial aidera à accélérer le passage de l'Ontario vers l'économie de l'innovation du XXIe siècle qui s'appuie sur l'esprit d'initiative, la créativité, l'éducation et les compétences de sa population. Le gouvernement fera d'importants investissements dans l'innovation et la R-D, y compris dans la commercialisation et l'adoption de nouvelles technologies perturbatrices.
  • Propulser plus d'entreprises ontariennes sur les marchés mondiaux - Le Mowat Centre a constaté que 20 % de l'écart de productivité entre le Canada et les États-Unis peut s'expliquer par le fait que l'économie canadienne comprend beaucoup plus de petites que de grandes entreprises. En aidant les petites et moyennes entreprises de l'Ontario à accéder au capital, aux ressources et à l'expertise dont elles ont besoin pour prendre de l'expansion, on contribuera à en faire de plus gros exportateurs compétitifs à l'échelle mondiale.
  • Moderniser le régime réglementaire et diminuer le coût de faire des affaires - L'Ontario établit de nouveaux outils pour créer un régime réglementaire mieux adapté qui éliminera les formalités administratives inutiles et facilitera l'observation des règles du gouvernement.

La province est partie du bon pied. Lors de sa Semaine annuelle de sensibilisation à la paperasserie, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante lui a octroyé la note B+ pour les mesures qu'elle a prises afin faciliter les affaires en Ontario, la deuxième meilleure note au Canada. Depuis 2011, les entreprises et les intéressés ont épargné 122,3 millions de dollars et 5,4 millions d'heures grâce aux règlements et services aux entreprises modernisés.

Expansion des échanges au pays et à l'étranger

Il est essentiel pour la réussite des entreprises ontariennes en expansion qu'elles puissent accéder aux marchés internationaux.

La stratégie ontarienne d'expansion commerciale Visées mondiales aide les petites et moyennes entreprises à atteindre leur potentiel en déployant d'importantes missions commerciales, en offrant un éventail de services et de programmes consultatifs pour les exportateurs nouveaux et existants, en organisant des séances de sensibilisation pour attirer des clients et investisseurs étrangers, et en facilitant la collaboration avec des partenaires stratégiques tels que des associations professionnelles et le gouvernement fédéral.

Au cours des deux dernières années, la première ministre Kathleen Wynne a fait la promotion de l'Ontario en tant qu'endroit idéal pour investir pendant ses missions en Chine, en Inde, aux États-Unis, au Moyen-Orient et au Mexique.

L'an dernier, on évalue que la province a aidé 1 575 exportateurs novices et chevronnés à se préparer en vue de conquérir les marchés internationaux, et que 700 entreprises ont profité des missions commerciales de l'Ontario pour explorer les marchés étrangers. Ces entreprises ont dans leur mire des ventes à l'exportation potentielles d'une valeur de 835 millions de dollars, directement grâce à ces missions.

Les entreprises ontariennes devraient pouvoir jouir du même accès aux marchés canadiens que nos partenaires commerciaux internationaux. Pourtant, à cause d'un Accord sur le commerce intérieur protectionniste et désuet conclu entre les provinces canadiennes, même si notre pays a signé plusieurs accords de libre-échange commerciaux au cours des dernières décennies, le commerce n'est pas libre à l'intérieur du Canada. C'est la raison pour laquelle l'Ontario a dirigé l'effort national multilatéral visant à instaurer une nouvelle union économique canadienne pour le XXIe siècle en éliminant les obstacles aux échanges et aux investissements entre les provinces qui se sont créés au fil des ans.

Une entente de principe concernant un nouvel accord sur le commerce intérieur a été conclue lors de la Rencontre estivale des premiers ministres canadiens qui s'est tenue à Whitehorse, au Yukon. Ce nouvel accord commercial et économique ambitieux et détaillé permettra aux entreprises de prendre de l'expansion et de créer des emplois en éliminant les obstacles au commerce, en améliorant la circulation des travailleurs, des marchandises et des services entre les provinces et les territoires et en réduisant la paperasserie administrative. L'accord contribuera aussi à attirer des investissements créateurs d'emplois en Ontario et partout au Canada.

Choisir d'être concurrentiel

Soucieux d'attirer les investissements commerciaux créateurs d'emplois, l'Ontario a choisi d'être concurrentiel sur la scène internationale. La province attire des investissements stratégiques et de bons emplois en s'associant à des entreprises en pleine croissance. Cet automne, la province instaurera le Bureau des investissements stratégiques sous la direction d'un directeur des investissements afin de saisir les créneaux les plus attrayants face à la concurrence internationale.

Cette approche à guichet unique a permis à l'Ontario d'attirer une nouvelle usine General Electric, dont la construction a commencé à Welland en 2016. L'usine brillante de GE sera l'une des usines les plus modernes de la compagnie au monde et emploiera plus de 220 ouvriers hautement spécialisés.

En créant le Bureau des investissements stratégiques pour répéter la réussite de cette approche, l'Ontario s'appuiera aussi sur les succès obtenus grâce aux partenariats qui se sont noués dans le cadre du Fonds pour l'emploi et la prospérité (FEP). Depuis 2014, le FEP a attiré des investissements totalisant 4 milliards de dollars et permis de créer plus de 2 000 emplois et d'en préserver plus de 25 000.

Voici deux partenariats établis récemment à la faveur du Fonds pour l'emploi et la prospérité :

JLABS @ Toronto (mai 2016)

Dans le cadre du volet Partenariats stratégiques, la province a versé une subvention de 19,4 millions de dollars à JLABS @ Toronto, qui fait partie de Johnson & Johnson Innovation, LLC, qui a pu ainsi procéder à la première expansion de son réseau d'incubateurs en sciences de la vie à l'extérieur des États-Unis.

Dans ces installations d'une superficie de 40 000 pieds carrés logés au centre MaRs, jusqu'à 50 entreprises en démarrage axées sur la biotechnologie et les produits pharmaceutiques, les appareils médicaux, les produits de consommation et les dispositifs numériques pour la santé, pourront profiter d''un grand nombre d'avantages dont elles bénéficieraient si elles étaient de grandes entreprises, mais sans l'investissement en capital. JLABS offre des dessus de table individuels, des unités de laboratoire humide modulaires et des espaces à bureau à court terme, ce qui permettra aux entreprises de ne payer que pour les outils et locaux dont elles ont besoin, avec l'option de prendre rapidement de l'expansion lorsqu'elles disposeront des ressources pour pouvoir le faire.

Baylis Medical Company (mars 2016)

Une subvention de 4,22 millions de dollars consolidera un investissement de 32,5 millions de dollars en vue de l'agrandissement d'une nouvelle installation ultramoderne de recherche-développement avec salle blanche à une usine de fabrication de Mississauga. Baylis conçoit et fabrique des appareils médicaux dans les domaines de la cardiologie, de la radiologie et des procédures rachidiennes. Le projet permettra de créer ou de maintenir 278 emplois spécialisés.

Le FEP s'ajoute aux fonds ontariens de développement économique régional, notamment le Fonds de développement du Sud-Ouest de l'Ontario, le Fonds de développement de l'Est de l'Ontario et la Société de gestion du Fonds du patrimoine du Nord de l'Ontario, qui encouragent la création d'emplois et les investissements dans des secteurs importants comme l'agroalimentaire, la foresterie, la fabrication de pointe et les technologies propres.

Points saillants sur le développement économique régional

Depuis janvier 2013, le Fonds de développement du Sud-Ouest de l'Ontario a affecté plus de 100 millions de dollars afin de :

  • favoriser 121 initiatives de croissance des entreprises;
  • profiter de l'effet de levier d'investissements des entreprises de plus de 1,04 milliard de dollars;
  • contribuer à créer et à maintenir près de 25 000 emplois.

Depuis janvier 2013, le Fonds de développement de l'Est de l'Ontario a affecté plus de 35 millions de dollars afin de :

  • soutenir 48 projets;
  • profiter de l'effet de levier d'investissements des entreprises de plus de 341 millions de dollars;
  • contribuer à créer et à maintenir plus de 6 000 nouveaux emplois.

Technologies propres et économie sobre en carbone

La province investit dans son avenir en tirant parti des avantages sur le plan économique et de la qualité de la vie de la transition vers une économie sobre en carbone. L'Ontario est en première ligne pour tirer profit du potentiel économique de l'industrie mondiale des technologies propres en très forte expansion.

L'Ontario abrite le secteur des technologies propres le plus important et qui s'accroît le plus rapidement au pays, secteur qui vaut actuellement environ 12 milliards de dollars au Canada et emploie directement 50 000 personnes. Si le secteur des technologies propre s'accroît au même rythme que la part globale du Canada des échanges mondiaux, sa valeur atteindra 50 milliards de dollars en 2022.

Tous les signes pointent vers une croissance continue de l'industrie mondiale des technologies propres. Fin 2015, à Paris, les dirigeants mondiaux ont pris l'engagement d'agir fermement pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, ce qui comprend les efforts visant à limiter l'augmentation de la température à 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels. Les mesures mondiales visant à lutter contre le changement climatique accéléreront la croissance du secteur des technologies propres en Ontario et dans le monde entier. En tant que chef de file établi de la lutte contre le changement climatique, le gouvernement de l'Ontario fait maintenant le nécessaire pour que les travailleurs et les entreprises puissent bénéficier d'une part appréciable de ce secteur international émergent.

Les objectifs de l'Ontario en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre sont ambitieux, mais réalisables. Compte tenu des données relatives aux émissions de gaz à effet de serre, en 2014, l'Ontario a atteint son objectif de réduire les émissions de 6 % par rapport au niveau de 1990.

La province a atteint cet objectif en prenant des mesures audacieuses, notamment en éliminant les centrales électriques à charbon, ce qui constitue en soi la plus importante initiative de réduction des gaz à effet de serre des Amériques à ce jour. La province s'est maintenant donné l'objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre par rapport au niveau de 1990, de 15 % d'ici 2020, de 37 % par rapport au niveau de 1990 d'ici 2030 et de 80 % d'ici 2050.

Pour atteindre ces objectifs et bâtir une économie davantage axée sur l'innovation et l'efficience, l'Ontario met en place un programme de plafonnement et d'échange qu'il entend lier à ceux du Québec et de la Californie dans ce qui est le plus grand marché du carbone d'Amérique du Nord. Établir un prix du carbone au moyen d'un programme de plafonnement et d'échange est le moyen le plus rentable de réduire les émissions, de récompenser les entreprises innovantes et de favoriser les investissements verts et la création d'emplois.

En juin 2016, l'Ontario a présenté son Plan d'action contre le changement climatique. Le Plan d'action guidera les efforts coordonnés que la province déploie pour réduire les émissions, notamment en réinvestissant le produit du Programme de plafonnement et d'échange afin d'encourager les gens et les entreprises à adopter plus rapidement la technologie propre qui existe déjà et de leur en donner les moyens.

Les objectifs du Plan d'action contre le changement climatique de l'Ontario sont les suivants :

  • Créer un système de transport plus propre et s'attaquer à la pollution due aux émissions de gaz à effet de serre émanant des automobiles en circulation au moyen de remboursements, d'incitatifs et de stations de recharge afin d'accroître le nombre d'automobiles et de camions à zéro émission sur les routes, y compris des investissements pour rendre le transport en commun plus disponible.
  • Mettre fin à la hausse constante des émissions attribuables aux bâtiments en offrant à la population ontarienne plus de choix, d'incitatifs et d'outils afin d'aider les gens à faire les bons choix énergétiques pour leurs habitations et leurs entreprises, en offrant une meilleure information sur la consommation énergétique de chaque bâtiment, et en rendant les nouvelles constructions plus éconergétiques avec le temps.
  • Faire de l'Ontario l'un des territoires de compétence en Amérique du Nord où il est le plus facile et le plus abordable pour les propriétaires résidentiels et les entreprises d'installer ou de mettre à niveau des systèmes d'énergie propre comme l'énergie solaire, le stockage en batteries, l'isolation thermique renforcée et les thermopompes, tout en aidant à protéger et à soutenir les ménages à faible revenu, les collectivités vulnérables et de nombreux locataires relativement aux incidences de la tarification du carbone sur les coûts.
  • Soutenir un marché du carbone qui entraîne des réductions de gaz à effet de serre au coût le plus faible possible. Les mesures de ce plan d'action, qui seront soutenues par le produit du programme de plafonnement et d'échange, aideront les entreprises et l'industrie à faire des investissements qui réduisent la pollution par les gaz à effet de serre. Cela contribuera à réaliser des économies sur les coûts de l'énergie, à améliorer la productivité et la compétitivité mondiale, ainsi qu'à protéger et à créer des emplois.
  • Travailler en partenariat avec les communautés des Premières Nations et des Métis afin de s'attaquer au changement climatique par des mesures inspirées du savoir écologique traditionnel, et renforcer la capacité de ces communautés afin qu'elles puissent profiter des possibilités économiques pouvant découler des mesures du plan. 
  • Miser sur les progrès accomplis, donner l'exemple et saisir les occasions offertes afin de rendre les activités du gouvernement carboneutres. Le gouvernement atteindra cet objectif en réduisant la pollution due aux émissions de gaz à effet de serre dans l'ensemble de ses installations, activités et modes d'approvisionnement.
  • S'assurer que les terres naturelles, agricoles et forestières sont utilisées de façon efficiente et durable; améliorer le captage et le stockage du carbone présent dans l'atmosphère, tout en travaillant avec le secteur de la gestion des déchets en Ontario afin de tirer parti de diverses pratiques et technologies pour capter la pollution par les gaz à effet de serre qui, sinon, se dégagerait dans l'air.

Le Plan d'action contre le changement climatique et le Programme de plafonnement et d'échange constituent l'essentiel de la stratégie de l'Ontario visant à réduire la pollution attribuable aux émissions de gaz à effet de serre tout en favorisant la croissance économique et la création de bons emplois.

Le Plan d'action luttera contre le changement climatique, générera de bons emplois dans les secteurs des technologies propres et du bâtiment, élargira les choix offerts aux consommateurs et se traduira par des possibilités d'investissement dans la province. L'Ontario veillera à ce que le produit du Programme de plafonnement et d'échange soit investi de façon transparente et responsable dans des projets visant à lutter contre le changement climatique et à aider les gens, qu'ils vivent à la campagne ou dans de grandes villes, à réduire leur empreinte carbone et leurs coûts. Le gouvernement présentera chaque année un rapport sur la mise en œuvre du plan et renouvellera ce dernier tous les cinq ans.

Partager