Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Retombées des Rencontres des Conseils des ministres du Québec et de l'Ontario

Document d'information archivé

Retombées des Rencontres des Conseils des ministres du Québec et de l'Ontario

Cabinet du premier ministre

Le Québec et l'Ontario ont tenu, aujourd'hui à Québec, la septième rencontre de leurs Conseils des ministres.

Partageant bien plus qu'une simple frontière, le Québec et l'Ontario ont établi un partenariat qui est plus ancien que la fédération même. Depuis 2008, les deux provinces ont bonifié ce partenariat, profitant de ces rencontres pour faire progresser leurs priorités communes, soit développer l'économie, créer des emplois, attirer les entreprises et les investissements, lutter contre les changements climatiques et mettre en place les conditions requises pour que les gens de l'Ontario et du Québec aient toutes les possibilités d'améliorer leur sort.

Ensemble, le Québec et l'Ontario influencent l'agenda sur le plan des politiques publiques du pays, en tissant des liens dans les domaines des affaires, de la recherche et de la culture, ainsi qu'en se préparant à l'économie de l'avenir.

Le partenariat entre le Québec et l'Ontario s'appuie à la fois sur une histoire partagée et une vision d'un futur meilleur et plus juste. Les sociétés modernes, prospères et florissantes sont inclusives et ouvertes les unes envers les autres. Le Québec et l'Ontario entendent continuer à se développer ensemble, autant lorsqu'il est question de leurs gouvernements que de leurs communautés.

Les principaux résultats issus des Rencontres des Conseils des ministres du Québec et de l'Ontario incluent :

Changements climatiques

Depuis près d'une décennie, le Québec et l'Ontario collaborent pour accélérer, sur l'ensemble du territoire canadien, la lutte mondiale contre les changements climatiques. En concluant tout d'abord, en 2008, l'Initiative provinciale-territoriale de plafonnement et d'échange, les deux provinces ont grandement contribué à inciter les autres provinces et les territoires à s'engager à promouvoir une transition vers une économie plus sobre en carbone, grâce, entre autres, à l'annonce par l'Ontario de son projet d'introduire un régime de plafonnement et d'échange et de sa volonté de l'arrimer à celui du Québec. Par leurs actions et leur leadership, notamment lors du Sommet de Québec sur les changements climatiques, et du Sommet des Amériques sur le climat tenu à Toronto, les deux partenaires ont inspiré la position défendue par le Canada dans les négociations entourant l'Accord de Paris, en 2015.

Économie

Ensemble, le Québec et l'Ontario constituent la plus grande région économique du Canada et représentent plus de la moitié du PIB total canadien ainsi qu'approximativement la moitié du volume du commerce interprovincial. L'étroite collaboration dont les deux provinces ont fait preuve pour encourager la croissance économique a servi d'exemple à l'échelle du pays. En 2009, les deux gouvernements ont signé l'Accord de commerce et de coopération entre le Québec et l'Ontario afin d'accroître le commerce, réduire la paperasserie, faciliter la mobilité de la main-d'œuvre et favoriser un climat d'affaires durable et vigoureux dans les deux provinces. Cette entente a introduit une nouvelle approche de concertation axée sur la transparence et le partenariat. Les deux provinces ont continué de s'appuyer sur cette base solide, en y intégrant des améliorations significatives en 2015 et en 2016 dans le but d'accroître l'accès aux marchés publics.

Commerce international

Le Québec et l'Ontario sont sur la même longueur d'onde lorsqu'il est question de l'appui qu'ils accordent au libre-échange et à l'ouverture des marchés publics. La première ministre Wynne et le premier ministre Couillard se sont tous deux engagés activement auprès des dirigeants d'entreprises et des leaders politiques aux États-Unis pour défendre les partenariats commerciaux et d'affaires qui soutiennent la croissance et ouvrent des possibilités partout en Amérique du Nord. Ce printemps, le Québec et l'Ontario et ont travaillé ensemble pour neutraliser avec succès la loi "Buy America" proposée par l'État de New York qui aurait menacé les emplois et les entreprises dans les deux provinces.

La rencontre d'aujourd'hui a donné l'occasion au Québec et à l'Ontario de poursuivre leur travail commun en vue de renforcer les relations commerciales entre le Canada et les États-Unis. Raymond Bachand, John Gero, Raymond Chrétien et Jim Peterson - conseillers spéciaux du Québec et de l'Ontario relativement aux dossiers de l'ALENA et du bois d'œuvre résineux - ont brossé un état de situation des relations entre le Canada et les États-Unis, offrant ainsi une possibilité additionnelle d'alignement stratégique entre les deux provinces alors que se profile la troisième ronde de négociation de l'ALENA, le 23 septembre prochain.

Électricité

Par les améliorations apportées à la capacité des infrastructures de transport d'électricité et par l'accès accru à une électricité propre et renouvelable, le Québec et l'Ontario ont fait des avancées remarquables, ensemble et individuellement, dans la modernisation de leurs réseaux électriques.

Le Québec et l'Ontario ont travaillé étroitement vue de contribuer à rendre l'électricité plus abordable et plus fiable, tout en continuant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) en tablant sur l'hydroélectricité propre du Québec. Après la conclusion de l'entente de 2014 concernant le partage des surplus d'énergie, les deux provinces ont conclu, en 2016, un accord historique sur l'échange d'électricité, qui réduira d'environ 70 millions de dollars les coûts d'électricité pour la population ontarienne pendant la durée de l'entente de même que les émissions de GES provenant du secteur de l'électricité d'approximativement 1 million de tonnes par année.

Prenant appui sur cette entente, Hydro-Québec et l'Opérateur du système d'électricité indépendant poursuivent leurs discussions relativement aux possibilités de collaboration future dont pourraient tirer profit les citoyens des deux provinces.

Innovation

Les méthodes de conception et de production des biens et des services évoluent continuellement. Pour demeurer compétitifs et être en mesure d'aider nos entreprises, nos travailleurs et nos citoyens à s'adapter rapidement aux nouvelles technologies, il est essentiel de pouvoir cerner rapidement les nouvelles tendances et de comprendre l'évolution des marchés.

S'appuyant sur un engagement commun envers la formation de la main-d'œuvre et le développement de partenariats dans le secteur public, l'industrie et le milieu universitaire, le Québec et l'Ontario sont des chefs de file du secteur des technologies de pointe. En 2016, le Québec et l'Ontario ont signé une entente pour soutenir la mise en place d'un banc d'essai pour le réseau 5G, laquelle aidera les entreprises à demeurer à la fine pointe de la technologie. Des progrès importants ont été réalisés au cours de la dernière année pour faire avancer le projet 5G. Le Québec et l'Ontario travaillent de concert avec le gouvernement fédéral à élaborer un protocole d'entente opérationnel visant à établir un cadre de reddition de comptes et à faire en sorte que les bénéfices économiques soient répartis équitablement entre les provinces.    

Aujourd'hui, les provinces ont annoncé qu'elles intensifient leur collaboration dans le domaine de l'intelligence artificielle afin de stimuler la recherche, attirer les meilleurs talents de la planète et les investissements étrangers, créer de bons emplois et promouvoir la renommée du Canada comme centre technologique de calibre mondial.

Développement durable

Le Québec et l'Ontario sont de solides alliés lorsqu'il est question de protéger leur environnement commun et de faire la promotion du développement durable. Reliées par le bassin du Saint-Laurent et des Grands Lacs, les deux provinces ont entrepris diverses initiatives afin de protéger les cours d'eau et les écosystèmes aquatiques qu'elles partagent. Reconnaissant l'importance d'assurer un développement durable dans les autres secteurs, particulièrement en matière de transports, d'énergie et de foresterie, ces efforts concertés ont donné lieu au développement de processus communs/ententes visant l'examen des projets de pipelines devant traverser la région, la promotion de l'aménagement durable des forêts et le recours à des solutions de rechange respectueuses de l'environnement par la création d'un corridor de recharge des véhicules électriques reliant les deux provinces.

En outre, la signature de l'Accord de coopération environnementale Québec-Ontario, lors de la rencontre de l'année dernière fait ressortir l'étroite coopération entre les deux provinces. Cette entente a consolidé sous le même chapeau l'ensemble des accords précédents ainsi que les différents domaines de coopération, permettant une approche davantage coordonnée de la protection de notre environnement partagé. Le Québec et l'Ontario ont travaillé en étroite collaboration depuis la signature de cet accord, élargissant leurs coopérations en matière de changements climatiques, de gestion de l'eau et de qualité de l'air. Un processus de notification des déversements a notamment été approuvé, lequel aide à coordonner les efforts en cas d'intervention d'urgence lors de situation de déversements, de même que ceux déployés en matière de prévention et de gestion.

La collaboration et le partage d'informations dans d'autres domaines, y compris la coopération en matière de laboratoire environnemental; la gestion des sols contaminés; le respect de l'environnement et l'application de la loi; de même que la gestion des pesticides s'effectue également sur une base régulière.

La Francophonie canadienne

L'Ontario est la province qui compte le plus grand nombre de francophones hors Québec. Par la Déclaration portant sur la francophonie canadienne de 2014, les deux provinces ont convenu d'œuvrer ensemble à préserver la vitalité des communautés francophones et à faciliter l'établissement de liens à la grandeur du pays. Cela signifie notamment appuyer la représentation culturelle des francophones et le maintien des services de qualité, tel que ceux de Radio-Canada. Le Québec a activement participé, en 2015, aux célébrations soulignant les 400 années de présence francophone en Ontario, entre autres par l'allocution du premier ministre Philippe Couillard devant l'Assemblée législative de l'Ontario le 11 mai. En outre, le Québec a soutenu la candidature de l'Ontario au terme de laquelle il a obtenu le statut d'observateur au sein de l'Organisation internationale de la Francophonie. Par ailleurs, à l'automne 2016, le Québec et l'Ontario ont signé un nouvel accord de coopération en matière de francophonie canadienne.

D'ici à 2020, l'Ontario ouvrira la première université franco-ontarienne, avec la gouvernance «par et pour» la communauté francophone, dans le but de répondre aux besoins croissants en matière de programmes d'enseignement postsecondaire en langue française, en particulier dans le centre et le sud-ouest de l'Ontario.

Aujourd'hui, les premiers ministres Kathleen Wynne et Philippe Couillard ont réaffirmé l'importance qu'ils attachent à l'accroissement de l'immigration francophone en confiant à leurs ministres responsables le mandat de poursuivre les actions entreprises sur le plan fédéral-provincial-territorial, notamment l'organisation d'un symposium entre les gouvernements et les communautés francophones et la tenue d'une nouvelle réunion des ministres de l'immigration et des ministres responsables de la francophonie.

Partager

Sujets

Gouvernement