Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Déclaration de la première ministre au sujet de l'appel d'offres d'Amazon

Déclaration

Déclaration de la première ministre au sujet de l'appel d'offres d'Amazon

Cabinet de la Première ministre

La première ministre Kathleen Wynne a fait aujourd'hui la déclaration suivante au sujet du soutien de son gouvernement aux villes de l'Ontario qui participent à l'appel d'offres en vue de l'établissement du deuxième siège social d'Amazon :

« L'Ontario est considéré dans une large mesure comme un concurrent très solide pour l'établissement du deuxième siège social mondial d'Amazon et il n'est pas difficile de comprendre pourquoi.

Nous disposons de l'une des mains-d'oeuvre les plus talentueuses et les plus diversifiées au monde, et notre principe d'ouverture à l'immigration garantit qu'il s'agit d'un avantage durable. Au moment où d'autres deviennent plus insulaires, sont incapables d'attirer les meilleurs et les plus brillants effectifs au monde ou ne sont pas disposés à le faire, nous maintenons sans coup férir notre engagement à créer un endroit où tous peuvent ressentir de l'appartenance. Accueillantes et inclusives, nos collectivités offrent des milieux de vie incomparables. La détermination de notre gouvernement à édifier l'infrastructure publique, les routes et les transports en commun est d'une envergure sans précédent et prépare un avenir encore plus mobile et plus dynamique. Et nous avons chez nous plusieurs emplacements attrayants pour un projet comme le deuxième siège social d'Amazon, à un coût des plus concurrentiels.

Certains ont demandé si Amazon a les moyens de fonctionner en Ontario. Je pense que le temps prouvera bien que la question la plus pertinente est de savoir si Amazon peut se permettre de ne pas s'installer ici. Pendant deux années consécutives, l'Ontario a remporté le prix de la compétitivité canadienne du magazine Site Selection, qui l'a désigné meilleur endroit au Canada pour les nouveaux investissements des entreprises. Nous continuons à attirer plus d'investissements étrangers directs que toute autre province canadienne. Les entreprises paient ici des impôts sur le revenu des sociétés plus bas que dans les États américains, et le pourcentage d'adultes ontariens ayant une éducation postsecondaire dépasse celui de tous les pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le talent et les compétences de la main-d'oeuvre ontarienne représentent notre avantage concurrentiel le plus convaincant. Depuis 2010, nous avons créé plus de 77 000 emplois dans le secteur des technologies de l'information et de la communication. C'est plus que les États de New York et du Massachusetts réunis. Voilà ce qui explique pourquoi Google, Uber et Thomson Reuters, entre autres, figurent sur la liste des géants mondiaux de la technologie qui ont choisi l'Ontario pour leurs grands projets d'expansion.

Il se produit donc en Ontario un phénomène peu commun, qu'Amazon ne pourrait manquer de constater. Plus tôt ce mois-ci, j'ai écrit personnellement au président-directeur général d'Amazon, Jeff Bezos, pour lui exprimer le vif intérêt de l'Ontario à l'égard de cette occasion favorable et faire ressortir les raisons pour lesquelles notre province est une candidate aussi idéale pour l'établissement de ce deuxième siège social.

Jeff Bezos n'est pas étranger aux transformations radicales qui se produisent au sein de notre économie. Il fait partie des personnes qui sont à l'origine de ces transformations. En Ontario, nous comprenons les aspects positifs de l'économie actuelle en pleine mutation. Et nous mettons toute la gomme pour en tirer profit. Cependant, nous tenons également compte de l'autre partie de l'équation, soit l'incertitude, l'anxiété et l'injustice qui accompagnent un changement économique d'importance. De nombreuses personnes travaillent plus fort que jamais, mais craignent d'être laissées pour compte. En étant à l'écoute, nous sommes parvenus à élaborer un plan pour un Ontario plus juste et meilleur qui s'attaque directement aux incertitudes d'une économie en changement.

Notre plan comporte une exemption des frais de scolarité pour 210 000 étudiants des collèges et universités à compter de cette année. La gratuité des médicaments sur ordonnance pour tous les jeunes de moins de 25 ans constitue la plus grande amélioration dans les soins de santé de toute une génération. Cela permettra aux entreprises de faire des économies et donnera à tous les travailleurs une meilleure tranquillité d'esprit.

Finalement, notre plan consiste à faire passer à 15 $ l'heure le salaire minimum et à assurer une meilleure équité aux travailleurs en offrant un salaire égal aux travailleurs à temps partiel et temporaires. En plaçant l'équité au coeur de chaque mesure que nous prenons pour nous adapter aux changements, nous mettons en place le type d'assises dont une entreprise comme Amazon a besoin pour atteindre de nouveaux sommets.

J'ai dit à M. Bezos que, dans le but d'attirer Amazon et de continuer à bâtir un environnement dans lequel le prochain Amazon pourra être bâti ici en Ontario, nous avons des plans qui nous feront progresser encore plus.

Parmi ces mesures, nous comptons hausser de 25 % le nombre de diplômés en sciences, en technologies, en génie et en mathématiques (STGM), et nous poursuivons l'objectif d'obtenir annuellement 1 000 titulaires d'une maîtrise professionnelle dans un domaine relié à l'intelligence artificielle, tout cela d'ici cinq ans.

Il importe de souligner que nous réalisons ces projets, peu importe le lieu que choisit Amazon pour prendre de l'expansion parce qu'il s'agit de mesures qui aident nos entreprises à créer les bons emplois de demain ici même en Ontario.

Il fait partie de nos responsabilités en tant que province de nous assurer qu'Amazon sache que, peu importe où elle s'établit en Ontario, le gouvernement provincial sera un partenaire solidaire et enthousiaste.

Nous avons un dossier de candidature convaincant et, à mon avis, de véritables chances d'obtenir le deuxième siège social d'Amazon. Et, peu importe ce qui arrive, nous sommes sûrs que notre plan pour un Ontario meilleur et plus juste permet de bâtir une province où il y a plus de possibilités, plus de sécurité et plus de chances de progresser. »

Partager

Tags

Affaires et économie Gouvernement Travail et emploi