Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

La première ministre Kathleen Wynne célèbre l'innovation agroalimentaire en Ontario

Déclaration

La première ministre Kathleen Wynne célèbre l'innovation agroalimentaire en Ontario

Cabinet de la Première ministre

La première ministre Kathleen Wynne a fait la déclaration suivante après le Sommet agroalimentaire de la première ministre à Toronto : 

« Comme certains d'entre vous le savent probablement, je reviens de missions commerciales en Chine et au Vietnam, ma troisième visite en Chine comme première ministre et ma première au Vietnam.

Dans toutes les villes où je me suis rendue, les gens étaient impatients de parler d'alimentation - de l'offre et de la salubrité des aliments. Comme la délégation ontarienne comprenait des associations de producteurs, des entreprises de transformation alimentaire et des innovateurs en agroalimentaire, nous étions ravis d'avoir ces conversations.

Notre secteur agroalimentaire est reconnu sur la scène internationale comme l'un des meilleurs au monde. Les gens veulent traiter avec nous - c'est ce qu'on m'a dit tout au long de mon séjour en Chine. En outre, étant donné la croissance explosive de la classe moyenne chinoise, la demande d'ingrédients ontariens de haute qualité augmente chaque jour.

C'est cette occasion que nous saisissons.

La société Ownace de Richmond Hill produit des aliments nutritifs de grande qualité, comme les céréales, le quinoa, l'avoine et le miel. À Nanjing, Ownace a signé un accord qui ouvrira le marché de l'Est de la Chine à ses produits alimentaires.

Une autre entreprise de Richmond Hill, Canada Lawkes International Natural Health Products, a signé un contrat à Chongqing. Elle fournira du ginseng cultivé en Ontario qui sera utilisé en médecine chinoise et pour des compléments alimentaires.

À Beijing, j'ai rencontré des représentants de Feihe International pour discuter du projet de la société de construire une usine de lait maternisé à Kingston, son tout premier site de production hors de Chine.

Vous savez probablement que la Chine a progressivement mis fin à sa politique de l'enfant unique en vigueur depuis de nombreuses années, ce qui signifie qu'il va y avoir beaucoup plus de bébés. Feihe a vu la possibilité de s'implanter en Ontario, et pas seulement parce que notre province est un endroit compétitif pour qui veut y faire des affaires. L'entreprise a aussi choisi l'Ontario en raison de la réputation exceptionnelle de notre industrie laitière et de la qualité de nos produits laitiers.

Ainsi, lorsque l'usine de Feihe ouvrira ses portes, elle produira, emballera et distribuera du lait maternisé à base de lait de vache et de chèvre produit en Ontario. Pour le maire de Kingston, il s'agit de l'un des plus importants développements économiques de l'histoire de la ville. Un exemple de réussite.

Et c'est tout à l'honneur du solide secteur agroalimentaire que vous avez bâti dans notre province. Bien sûr, le succès de cette mission est encore frais dans ma mémoire. Mais il illustre aussi la réalité avec laquelle nous vivons tous.

Le fait est que nous vivons une période de changement incroyable, et que nous devons absolument nous adapter. Vous le savez aussi bien que quiconque. Vous constatez chaque jour les effets de l'économie mondiale - que vous soyez un agriculteur qui exploite une terre dans sa famille depuis des générations ou fraîchement arrivé dans le secteur. Vous savez que notre monde se rétrécit et qu'il est donc de plus en plus important de bâtir un secteur agricole qui soit au coeur de ce changement.

Alors, nous travaillons ensemble pour répondre aux grandes questions qui se posent aujourd'hui. Comment peut-on répondre aux exigences d'une communauté mondiale en pleine croissance d'une manière qui soit aussi durable et responsable? Et que peut-on faire pour que vous puissiez continuer à nourrir l'Ontario et le reste du monde?

Premièrement, nous devons nous concentrer sur notre plus grand client et notre principal fournisseur - les États-Unis.

Parce que les négociations de l'ALENA se poursuivent toujours, beaucoup s'inquiètent de la situation de nos relations commerciales avec les États-Unis, si importantes pour tant de personnes dans le secteur.

Devant ces défis, je ne peux imaginer de meilleur champion pour le secteur de l'agriculture et de l'alimentation et les régions rurales de l'Ontario que Jeff Leal, qui représentait notre province à la dernière ronde de négociations à Mexico le mois dernier. Il a rencontré des représentants du gouvernement et des chefs d'entreprise afin de défendre vos intérêts, dont ceux du secteur assujetti à la gestion de l'offre, ce que j'ai fait aussi.

Nous savons que le système de gestion de l'offre est indissociable d'un secteur agroalimentaire fort et concurrentiel. La proposition de démanteler le système de gestion de l'offre des produits laitiers, du poulet, des oeufs et de la dinde dans le cadre des négociations est sans précédent. Ce système soutient directement des centaines de milliers d'emplois dans les fermes familiales de la province.

Des exploitations agricoles qui sont le pilier de nos localités rurales, qui ont façonné le secteur agroalimentaire de renommée mondiale que nous avons aujourd'hui - en produisant des produits d'une qualité telle que des sociétés comme Feihe sont prêtes à investir des centaines de millions de dollars seulement pour s'en approvisionner. Alors, protéger nos travailleurs et les familles sera toujours ma priorité.

Mais le commerce n'est pas un jeu à somme nulle. Mon message à ce sujet depuis le début des négociations de l'ALENA est très clair. Les avantages du libre-échange entre le Canada et les États-Unis sont réels, et ils sont partagés.

L'an dernier seulement, il s'est réalisé des échanges commerciaux de près de 29 milliards de dollars entre l'Ontario et les États-Unis. Je parle du porc élevé en Ontario, abattu au Michigan et servi sur les tables coréennes, ou encore des patates douces cultivées en Idaho, frites à Mississauga et livrées dans les épiceries du monde entier.

Grâce au libre-échange, nous nous aidons mutuellement à rehausser la valeur de nos produits. Encore et toujours, le libre-échange est synonyme de croissance pour notre économie et de création d'emplois pour notre population. C'est la raison pour laquelle le ministre Leal et moi-même continuerons de veiller à ce que les intérêts de l'Ontario soient pris en compte dans les négociations de l'ALENA. Et, quelle qu'en soit l'issue, nous travaillerons avec vous et d'autres secteurs pour nous assurer que notre province est prête et continuera de prospérer.

Alors, nous avons été actifs sur le front des échanges commerciaux, ça, c'est sûr. Le fait est que tout commence ici. À bonne terre, bons produits. C'est pourquoi, lors de ma première année comme première ministre, j'ai décidé d'assumer la fonction de ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation. Je voulais transmettre un message clair à tous les citoyens - ruraux ou urbains - nous menons le même combat. Nous formons un seul Ontario.

Car tout le monde veut vivre dans des localités fortes et dynamiques. Nous voulons édifier un Ontario plus juste et meilleur pour nos enfants et petits-enfants. Et cela n'est pas possible sans un secteur agroalimentaire fort et capable d'évoluer.

C'est pourquoi nous portons aussi notre attention sur la prochaine génération de chefs de file de l'agroalimentaire. Les écoles élémentaires et secondaires vont offrir aux élèves de multiples possibilités de s'informer sur les aliments locaux, les innovations agricoles et les divers métiers possibles dans le secteur agroalimentaire.

Nous continuerons aussi à travailler avec vous pour trouver de nouveaux moyens de réduire votre empreinte carbone, par exemple, en appuyant l'innovation dans le secteur agroalimentaire. Le Fonds de promotion des produits alimentaires locaux du Fonds de la ceinture de verdure aide les innovateurs à investir dans de nouvelles technologies et à rester concurrentiels - des personnes comme celles primées aujourd'hui.

Les lauréats de cette année viennent des quatre coins de la province et représentent diverses innovations : des abeilles en bonne santé aux micropousses, ou encore aider les gens à mieux comprendre la chaîne d'approvisionnement, de la ferme à l'assiette, réduire au minimum les déchets alimentaires ou nettoyer les aliments de façon sûre et saine.

Mais les lauréats d'aujourd'hui ont tous le même objectif. Par votre ingéniosité, votre dévouement et votre travail acharné, vous semez les graines d'un avenir encore plus prometteur pour l'agroalimentaire. Ensemble, nous édifierons un secteur agroalimentaire qui peut continuer de s'adapter et de croître. Et ensemble, nous ferons ce que nous avons toujours fait : nourrir l'Ontario, nourrir le monde et prendre bien soin de nos terres pour la prochaine génération. »

Partager

Tags

Affaires et économie Travail et emploi Régions rurales et du Nord