Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

La première ministre Wynne est aux É.U. pour défendre les intérêts des travailleurs et des entreprises de l'Ontario

Communiqué

La première ministre Wynne est aux É.U. pour défendre les intérêts des travailleurs et des entreprises de l'Ontario

La première ministre souligne l’engagement de l’Ontario au libre-échange et au partenariat en opposition aux dispositions d’achat aux États-Unis

Cabinet de la Première ministre

La première ministre Kathleen Wynne était hier à Washington, D.C. pour rencontrer des dirigeants américains et défendre, au nom des travailleurs et des entreprises de l'Ontario, l'importance du maintien du libre-échange avec les États-Unis.

La première ministre a rencontré des représentants des États, notamment le sénateur Gary Peters du Michigan, le sénateur Ron Johnson du Wisconsin et le représentant Jim Renacci de l'Ohio pour discuter de l'importance des relations économiques entre l'Ontario et ces États clés. 

La première ministre Wynne a également rencontré John Melle, négociateur en chef américain de l'ALENA et d'autres membres du Bureau du représentant commercial américain, ainsi que Mark Calabria, économiste en chef et directeur des politiques au bureau du vice-président et Ted McKinney, sous-secrétaire au commerce et aux affaires agricoles extérieures du département américain de l'Agriculture, pour souligner le statut de l'Ontario à titre de plus important client pour 28 États américains, et faire ressortir que près de 9 millions d'emplois américains dépendent du commerce et du partenariat avec le Canada. 

Lors d'une réunion avec le représentant Bill Pascrell du New Jersey et d'autres membres du House Ways and Means Committee, la première ministre a parlé des avantages de l'ALENA et a souligné que les efforts visant à ébranler l'ALENA ne sont qu'un exemple de mesures protectionnistes qui mettent en danger des millions d'emplois dans l'ensemble de l'Amérique du Nord. 

À Washington, la première ministre a exprimé ses préoccupations du fait que les mesures protectionnismes étatiques nuiront également aux partenariats transfrontaliers qui créent des emplois, si on se réfère aux dispositions d'achat aux États-Unis de l'État de New York, qui entreront en vigueur le 1er avril. Même si ces dispositions ne vont pas aussi loin que celles de la loi sur l'achat aux États-Unis initialement proposée par les législateurs de l'État de New York au début de 2017, la première ministre a toujours dit qu'elle riposterait à toute loi d'achat aux États-Unis qui causerait un préjudice injuste aux travailleurs et aux entreprises de l'Ontario. Dans le cas de l'État de New York, l'Ontario n'a d'autre choix que d'agir. 

Lorsque la session législative de l'Ontario reprendra ses travaux le 20 février prochain, le gouvernement déposera une loi qui permettrait à la province de répondre de la même façon au projet de loi de l'État de New York et à tout autre État qui promulguerait une loi similaire, y compris le Texas. La première ministre a hâte de travailler avec tous les partis à l'Assemblée législative de l'Ontario pour adopter rapidement cette importante mesure législative. 

Aujourd'hui, la première ministre est à New York pour rencontrer des chefs d'entreprise lors d'un petit déjeuner table ronde sur l'ALENA sous les auspices du Business Council for International Understanding. Elle participera aussi à une table ronde avec Kathy Wylde, présidente et chef de la direction de Partnership for New York City. La première ministre Wynne se joindra également à Richard Florida, rédacteur en chef de CityLab, pour une discussion informelle sur la prospérité inclusive à l'Université de New York. 

Le ministre du Commerce international, Michael Chan, et le ministre du Développement économique et de la Croissance, Steven Del Duca, se joindront à la première ministre aux États-Unis pour renforcer la position de l'Ontario selon laquelle le commerce libre et équitable crée de bons emplois des deux côtés de la frontière. 

Promouvoir le commerce et les partenariats tout en protégeant les intérêts économiques de la province, cela fait partie du plan de l'Ontario pour promouvoir l'équité et les chances de succès en cette période d'évolution rapide de l'économie. Notre plan comprend un salaire minimum plus élevé, l'amélioration des conditions de travail, la gratuité scolaire pour des centaines de milliers d'étudiants, un meilleur accès à des services de garde d'enfants abordables, ainsi que les médicaments d'ordonnance gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans, grâce à la plus grande expansion de l'assurance-santé en une génération.

Faits en bref

  • Au début de 2017, l’État de New York a proposé des dispositions d’achat américain dans son budget qui auraient restreint l’accès des entreprises ontariennes aux appels d’offres dans les projets d’approvisionnement publics. Michael Chan, ministre du Commerce international, Brad Duguid, alors ministre du Développement économique et de la Croissance, et Monique Smith, représentante de l'Ontario à Washington, se sont engagés directement auprès des législateurs d'Albany à demander une exemption aux entreprises canadiennes. Après un plaidoyer fructueux de la part de l'Ontario et d'autres partenaires canadiens, l'État de New York a complètement abandonné les dispositions proposées dans son budget en avril. L'Ontario a continué de collaborer activement avec les législateurs tout au long du printemps afin de promouvoir un processus d'approvisionnement ouvert et concurrentiel et de souligner la valeur du partenariat économique de l'Ontario avec New York. En fin de compte, New York a présenté un projet de loi beaucoup moins punitif en juin, qui a été promulgué le 15 décembre 2017 et qui entrera en vigueur le 1er avril 2018.
  • Chaque jour, plus d’un milliard de dollars en biens sont échangés entre l’Ontario et les É.U. En 2016, les échanges bilatéraux entre l’Ontario et les É.U. ont totalisé près de 400 milliards de dollars.
  • En 2016, plus de 60 % des marchandises exportées des États-Unis au Canada étaient destinées à l’Ontario.
  • Depuis janvier 2017, la première ministre a rencontré 33 gouverneurs américains.

Ressources additionnelles

Citations

Kathleen Wynne

« Je suis heureuse que l'État de New York ait modifié sa loi sur l’achat aux États-Unis pour qu'elle soit moins nuisible à l'Ontario que les versions antérieures. Toutefois, cela ne suffit pas. J'ai toujours dit que l'Ontario veut un commerce libre et équitable. C'est ce qui crée le plus grand nombre de possibilités de réussite pour notre population. La loi sur l’achat aux États-Unis de l'État de New York mine l'esprit de notre partenariat et donne à ses travailleurs un avantage injuste. Je n'ai d'autre choix que de riposter en présentant notre propre projet de loi. Nos partenaires américains doivent savoir que s'ils choisissent le protectionnisme, ils devront en payer le prix. J'espère que l'État de New York comprendra ce qui est en jeu ici et travaillera avec nous pour continuer à éliminer les barrières commerciales et à créer de bons emplois. Je suis un fervent défenseur d'un approvisionnement ouvert, équitable et concurrentiel. Mais lorsque le bien-être de nos travailleurs est menacé, je les défendrai par tous les moyens nécessaires, à chaque fois. »

Kathleen Wynne

première ministre de l’Ontario

Partager

Tags

Affaires et économie Gouvernement Travail et emploi