Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

La première ministre et le ministre Leal se portent à la défense du secteur ontarien de l'agroalimentaire

Déclaration archivé

La première ministre et le ministre Leal se portent à la défense du secteur ontarien de l'agroalimentaire

Cabinet du premier ministre

La première ministre Kathleen Wynne et Jeff Leal, le ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales ont fait une déclaration à la suite d'une table ronde avec des dirigeants du secteur ontarien de l'agroalimentaire aujourd'hui :

« Les entreprises agroalimentaires de l'Ontario sont essentielles pour notre économie et les collectivités de toute la province, et le libre-échange et l'accès aux marchés internationaux sont importants pour leur succès. Face à l'incertitude du côté américain et aux questions portant sur l'impact de l'Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP), nous nous portons à la défense de nos agriculteurs et transformateurs agricoles. Ils méritent l'équité et nous luttons pour qu'ils l'obtiennent, que ce soit lors de nos visites aux États-Unis, dans le cadre de nos discussions avec le gouvernement fédéral, ou en élaborant des accords commerciaux qui protègent leur capacité de demeurer concurrentiels.

Aujourd'hui, nous avons eu la chance de rencontrer des dirigeants de l'industrie afin de discuter des enjeux auxquels ils sont confrontés et des mesures que nous prenons afin d'être leurs porte-parole et plus ardents défenseurs.

Nous avons appris que les travailleurs et les dirigeants de l'industrie continuent de s'inquiéter de l'incertitude causée par les renégociations de l'ALENA et que, bien que la décision du gouvernement du Canada de signer le PTPGP signale de nouvelles occasions pour les secteurs de l'élevage, des céréales et des oléagineux, des produits transformés et de l'horticulture de l'Ontario d'accéder à de nouveaux marchés, certains s'inquiètent du nouvel accès accordé à nos secteurs soumis à la gestion de l'offre.

Le PTPGP laisse entrevoir de nouvelles possibilités de commerce, d'investissements et de création d'emplois en Ontario. Bien que nous soyons réceptifs à l'intensification du libre-échange avec un plus grand nombre de partenaires, nous restons catégoriques quant au fait que ces nouvelles possibilités ne peuvent se créer au détriment des entreprises agroalimentaires de l'Ontario, qui comptent sur la gestion de l'offre. La semaine dernière, l'Ontario a appelé le gouvernement fédéral à fournir une aide à la transition d'au moins 1,4 milliard de dollars sur dix ans afin de permettre à notre secteur de l'agroalimentaire de tirer le meilleur parti des nouvelles possibilités qui se présenteront à lui et de s'adapter au mieux aux nouveaux accès fournis aux marchés soumis à la gestion de l'offre. Cette approche est conforme au niveau de financement qu'avait annoncé le gouvernement fédéral en 2015, et doit être maintenue en 2018.

Au moment où se poursuit le septième cycle des négociations de l'ALENA au Mexique, notre position par rapport aux propositions américaines de modifier le système canadien de gestion de l'offre demeure immuable : elles sont inacceptables et hors de question. Le système de gestion de l'offre permet aux agriculteurs et transformateurs agricoles de l'Ontario de continuer à travailler fort afin de satisfaire de manière fiable la demande des consommateurs ontariens et canadiens en produits salubres et de haute qualité. Ce système garantit une salubrité optimale de nos aliments, forme l'assise de collectivités rurales vigoureuses et crée de bons emplois. Nous continuerons à travailler en étroite collaboration avec nos partenaires fédéraux afin d'assurer que les intérêts des agriculteurs et des producteurs d'aliments sont représentés à la table de l'ALENA.

En même temps, l'Ontario intensifie ses démarches au sud de la frontière afin de veiller à ce que le partenariat que nous entretenons depuis des décennies puisse continuer à se développer et à favoriser la création d'emplois et de débouchés pour la main d'oeuvre ontarienne. La semaine dernière, je me suis rendue à Washington pour assister à la réunion d'hiver de la National Governors Association. J'y ai rencontré des dirigeants clés des États-Unis afin de faire ressortir les avantages de maintenir les liens commerciaux et le partenariat avec l'Ontario.

Nous apprécions tous deux les rétroactions et les conseils que nous avons reçus aujourd'hui des dirigeants du secteur agroalimentaire ontarien, et nous partageons leurs préoccupations. Nous serons toujours les premiers aux barricades à la défense des intérêts de nos agriculteurs et producteurs. Le slogan À bonne terre, bons produits n'a jamais été aussi vrai et nous savons qu'ensemble, nous saurons veiller à protéger cet acquis. »

Partager

Sujets

Affaires et économie Gouvernement