Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

La Stratégie pour l'autonomisation économique des femmes est une première au Canada

Communiqué

La Stratégie pour l'autonomisation économique des femmes est une première au Canada

L’Ontario est la première province canadienne à présenter un projet de loi sur la transparence salariale

L'Ontario devient aujourd'hui la première province à s'attaquer au problème de la transparence salariale grâce à sa nouvelle stratégie visant à promouvoir l'autonomisation économique des femmes et à bâtir des milieux de travail plus équitables et meilleurs.

La première ministre Kathleen Wynne a présenté Le passé, le présent et le futur : Stratégie ontarienne pour l'autonomisation économique des femmes, qui comprend un projet de loi visant à accroître la transparence salariale en obligeant certains employeurs à faire le suivi de la rémunération de leurs employés et à publier ces renseignements.

Cette stratégie multidimensionnelle contribuera à éliminer les obstacles qui empêchent depuis longtemps les femmes de bénéficier d'un avantage égal au sein de l'économie ontarienne en rapide évolution. Elle comprend la présentation d'un projet de loi autonome visant à accroître la transparence des processus d'embauche et à mieux renseigner les femmes qui négocient un salaire équitable équivalent celui de leurs homologues masculins. L'Ontario est la première province du Canada à proposer des mesures en la matière.

S'il était adopté, le projet de loi présenté aujourd'hui permettrait de garantir une rémunération fondée sur les exigences du poste et les qualifications du postulant. Plus précisément, il permettrait :

  • d'exiger que toutes les offres d'emploi publiées indiquent clairement le taux de rémunération ou l'échelle salariale;
  • d'interdire aux employeurs de demander leur salaire précédent aux postulants à un emploi;
  • d'interdire les représailles contre les employés qui renégocient ou divulguent leur salaire;
  • d'établir un cadre de travail obligeant les employeurs plus importants à surveiller et à communiquer les écarts salariaux en fonction du sexe et d'autres critères de diversité qui seront déterminés par le biais d'une démarche de consultation. Une fois entièrement mises en œuvre, ces mesures obligeraient les employeurs à publier ces données au sein de leur organisation, en plus d'en faire rapport au gouvernement provincial.

Ce projet de loi est la clé de voûte de la Stratégie ontarienne pour l'autonomisation économique des femmes, qui comprend également un financement pouvant atteindre 50 millions de dollars sur trois ans.

La stratégie propose également des mesures visant à :

  • plaider pour d'autres améliorations aux droits aux prestations parentales;
  • élargir et renforcer les centres pour femmes qui offrent à celles-ci -- y compris les immigrantes, les femmes racialisées et celles qui sont victimes de violence ou risquent de l'être -- une formation professionnelle et un éventail de services de soutien;
  • renforcer les mesures en place pour accroître le nombre de promotions de femmes à des postes de leadership d'entreprise;
  • améliorer l'accès des femmes à des possibilités de formation et de mentorat;
  • mieux soutenir les femmes entrepreneures, notamment en aidant les jeunes femmes à développer un esprit d'entreprise et en établissant une association ontarienne pour l'entrepreneuriat féminin;
  • lancer une campagne de sensibilisation sociale ayant pour objectif de venir à bout des stéréotypes fondés sur le sexe et de promouvoir l'égalité des sexes au travail, à la maison et au sein des collectivités.

Promouvoir l'équité salariale universelle, cela fait partie du plan de l'Ontario pour promouvoir l'équité et les chances de succès en cette période d'évolution rapide de l'économie. Notre plan comprend un salaire minimum plus élevé, l'amélioration des conditions de travail, la gratuité scolaire pour des centaines de milliers d'étudiants, un meilleur accès à des services de garde d'enfants abordables, ainsi que les médicaments d'ordonnance gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans, grâce à la plus grande expansion de l'Assurance-santé en une génération.

Faits en bref

  • Le passé, le présent et le futur : Stratégie ontarienne pour l’autonomisation économique des femmes fait fond sur les initiatives gouvernementales existantes afin de créer de l’équité et des occasions favorables pour les femmes. Ces initiatives comprennent une hausse du salaire minimum à 15 $ l’heure en 2019, un nouveau congé pouvant atteindre 17 semaines pour les survivantes de violence conjugale ou sexuelle, un investissement de 242 millions de dollars dans la stratégie Ce n’est jamais acceptable : Plan d’action pour mettre fin à la violence et au harcèlement sexuels, ainsi que le plan de notre gouvernement pour créer 100 000 nouvelles places dans les services de garde d’enfants.
  • L’amélioration de l’égalité entre les sexes au travail et dans la société pourrait accroître de 60 milliards de dollars le PIB de l’Ontario au cours des dix prochaines années.
  • L’écart de salaire en Ontario n’a pas changé au cours des dix dernières années, et les femmes gagnent environ 30 % de moins que les hommes.
  • La loi ontarienne sur la transparence salariale s’inspire de lois similaires adoptées par d’autres compétences, dont le Royaume-Uni, l’Australie et l’Allemagne.
  • La stratégie prévoit faire appel au pouvoir d’achat de l’Ontario pour encourager l’équité des sexes lors de la sélection des fournisseurs du gouvernement.
  • Les mesures de la province en matière de divulgation de la rémunération seront premièrement mises en œuvre au sein de la fonction publique de l’Ontario. Puis, après une consultation, les nouvelles règles proposées s’appliqueront aux employeurs comptant plus de 500 employés dans un premier temps et, dans un deuxième temps, à ceux ayant des effectifs de plus de 250 personnes. À la faveur de la consultation, on déterminera quelles seront les caractéristiques prescrites, en plus du sexe, que les employeurs devront consigner et dont ils devront faire rapport.

Ressources additionnelles

Citations

Kathleen Wynne

« L’Ontario a adopté sa première loi sur l’équité salariale il y a plus de 30 ans, mais nous travaillons encore afin de combler l’écart entre les femmes et les hommes. Nous savons qu’un trop grand nombre de femmes se heurtent toujours à des obstacles systémiques nuisant à leur épanouissement économique. Lorsque des femmes subissent davantage de harcèlement, de violence, de pauvreté et de discrimination, c’est préjudiciable à notre économie et à notre société. Il est temps de changer les choses. Le passé, le présent et le futur : Stratégie ontarienne pour l’autonomisation économique des femmes jette la lumière sur la rémunération et améliore les conditions pour toutes les postulantes et tous les postulants à un emploi en Ontario. Grâce à cette stratégie unique en son genre, nous bâtissons un Ontario plus juste, dynamique, avant-gardiste et prospère — pour toutes et tous. »

Kathleen Wynne

première ministre de l’Ontario

Kevin Flynn

« En prenant des mesures immédiates et concrètes, l’Ontario se positionne en véritable chef de file dans la lutte contre l’inégalité des revenus. Notre gouvernement est déterminé à éliminer les obstacles à l’emploi, à combler l’écart salarial entre les sexes et à aider toutes les femmes à contribuer à notre économie. »

Kevin Flynn

ministre du Travail

Harinder Malhi

« L’égalité est la marque d’un Ontario juste et équitable, mais elle reste hors de la portée de nombreuses femmes, en particulier les femmes racialisées et autochtones ainsi que les nouvelles arrivantes. L’Ontario change la donne en devenant un chef de file au Canada et en investissant dans l’avenir des femmes à tous les paliers économiques. »

Harinder Malhi

ministre de la Condition féminine

Partager

Tags

Affaires et économie Gouvernement Domicile et communauté Travail et emploi