Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

La gratuité de la garde d'enfants d'âge préscolaire aidera à réduire l'iniquité salariale femmes-hommes

Communiqué archivé

La gratuité de la garde d'enfants d'âge préscolaire aidera à réduire l'iniquité salariale femmes-hommes

En cette Journée de l’équité salariale, l’Ontario s’engage à l’égard de la garde d’enfants et de la transparence salariale

Cabinet du premier ministre

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a souligné aujourd'hui la Journée de l'équité salariale en mettant en vedette le plan par lequel le gouvernement entend créer des places gratuites de garderie pour les enfants d'âge préscolaire dans le cadre d'une stratégie visant à éliminer l'écart salarial entre les femmes et les hommes.

Accompagnée de Harinder Malhi, ministre de la Condition féminine, la première ministre Wynne s'est rendue aujourd'hui à l'École catholique St. Helen pour discuter de la manière dont le plan transformationnel de l'Ontario, qui consiste à offrir gratuitement des services de garde pour les enfants d'âge préscolaire, contribuera à éliminer l'écart salarial entre les hommes et les femmes. Cette année, nous marquons la Journée de l'équité salariale en ce 10 avril. Étant donné que les femmes gagnent environ 30 % de moins que les hommes, la date de la Journée de l'équité salariale ainsi établie illustre le moment jusqu'où les femmes doivent travailler en 2018 pour obtenir la même rémunération que les hommes en 2017.

Le plan de l'Ontario vise à fournir aux enfants d'âge préscolaire dès l'âge de deux ans et demi des services gratuits de garde agréés jusqu'à ce qu'ils soient admissibles à la maternelle. Cette mesure offrira plus de choix aux mères désireuses de réintégrer le marché du travail et de faire progresser leur carrière. Elle allégera aussi les pressions financières pour de nombreuses familles ayant de jeunes enfants et donnera à un plus grand nombre d'enfants le meilleur départ possible dans le monde de l'éducation.

La première ministre a également profité de la Journée de l'équité salariale pour aborder les efforts que fait l'Ontario afin d'accroître la transparence salariale.

Si elle est adoptée, la Loi sur la transparence salariale proposée aidera à ce que les femmes et les membres des groupes désavantagés aient des chances égales de négocier une rémunération équitable et de faire progresser leur carrière. La Loi exigera que les employeurs consignent les écarts salariaux attribuables au sexe des employés et à d'autres caractéristiques liées à la diversité et d'en faire rapport. Elle interdira aussi aux employeurs de demander des renseignements sur l'historique de rémunération d'un candidat à un poste, exigera que les employeurs incluent dans toute annonce publique de poste des renseignements sur la rémunération prévue pour le poste et protégerait les employés contre les représailles s'ils souhaitent discuter de leur rémunération avec leurs collègues ou leur employeur.

Le même projet de loi ferait également en sorte que la Journée de l'équité salariale soit officiellement reconnue en Ontario de manière à rappeler clairement que l'inégalité des sexes subsiste toujours dans la province et que le gouvernement et tous les secteurs de l'économie doivent s'y attaquer.

Éliminer l'écart salarial entre les femmes et les hommes, cela fait partie du plan de l'Ontario visant à miser sur le mieux-être, à créer des possibilités d'avenir et à rendre la vie plus abordable en cette période d'évolution rapide de l'économie. Notre plan comprend les médicaments d'ordonnance gratuits pour les personnes de moins de 25 ans et de 65 ans et plus grâce à la plus grande expansion de l'assurance-santé en une génération. Il comprend aussi la gratuité des frais de scolarité pour des centaines de milliers d'étudiants, un salaire minimum plus élevé, l'amélioration des conditions de travail, ainsi qu'un meilleur accès à des services de garde d'enfants abordables.

Faits en bref

  • Rendre les services de garde plus abordables et accessibles était une recommandation clé du rapport final du Comité directeur de la Stratégie pour l’équité salariale entre les sexes. En outre, cette décision concorde avec la Stratégie ontarienne pour l’autonomisation économique des femmes, qui a pour objectif de combler l’écart salarial entre les sexes.
  • Selon un rapport de 2017 de McKinsey & Company intitulé The Power of Parity : Advancing Women’s Equality in Canada, l’amélioration de l’équité salariale entre les sexes au sein de lieux de travail et dans la société pourrait faire croître de jusqu’à 60 milliards de dollars le PIB de l’Ontario au cours de la prochaine décennie.
  • Dans un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques paru en 2013, on est arrivé à la conclusion que, dans le monde entier, améliorer l’accès aux services de garde pour les enfants de moins de 3 ans est le meilleur moyen d’améliorer la participation des femmes à l’économie.
  • L’écart salarial entre les sexes en Ontario est demeuré stagnant au cours de la dernière décennie : les femmes gagnent environ 30 % de moins que les hommes par année.
  • L’écart salarial entre les sexes peut s’élever à 42 % lorsque l’on compare le salaire d’un homme non racialisé à celui d’une femme racialisée, et à 43 % entre une femme autochtone et un homme non autochtone.
  • Actuellement, la moitié des travailleurs de l’Ontario qui gagnent moins de 15 $ l’heure ont entre 25 et 64 ans, et la majorité d’entre eux (près de 60 %) sont des femmes. Le gouvernement prévoit faire passer à 15 $ l’heure le salaire minimum à compter du 1er janvier 2019.
  • Dans le budget de 2018, l’Ontario s’est engagé à investir 2,2 milliards de dollars sur trois ans pour améliorer l’accès à des services de garde abordables dans toute la province, alléger le fardeau financier que notre économie en rapide évolution fait peser sur les familles, et offrir gratuitement, à partir de 2020, des services de garde agréés pour les enfants de deux ans et demi jusqu’à la maternelle.
  • La gratuité des services de garde préscolaire pour les enfants de deux ans et demi jusqu’à la maternelle permettra aux familles d’économiser environ 17 000 $ par enfant, aux parents de retourner au travail quand cela leur convient et aux enfants de bénéficier du meilleur départ possible dans la vie.

Ressources additionnelles

Citations

« Si l’on veut une économie plus équitable pour les femmes, le gouvernement doit être un moteur de ce changement. Et le fait que les femmes gagnent en moyenne encore près du tiers de moins que les hommes en Ontario n'est pas simplement injuste pour les femmes qui travaillent dur dans toute la province — c'est mauvais pour notre économie. Nous prenons des mesures sérieuses et rigoureuses pour combler l'écart salarial entre les sexes. Et la chose la plus efficace que nous pouvons faire en tant que gouvernement est d'accroître l'accès aux services de garde d'enfants. C’est la raison pour laquelle nous créons des garderies préscolaires gratuites. Nous facilitons la tâche des femmes pour qu'elles retournent au travail quand elles choisissent d’y retourner. Cela se fonde sur la Stratégie pour l'autonomisation économique des femmes, qui vise à accroître la transparence salariale, à aider davantage de femmes entrepreneures à progresser et à surmonter les obstacles supplémentaires auxquels trop de femmes sont encore confrontées. Cela fait 30 ans que l'Ontario a adopté Loi sur l'équité salariale. Il est temps de combler ce fossé pour de bon. »

Kathleen Wynne

première ministre de l’Ontario

« Aujourd'hui est un jour important qui nous incite à faire une pause et à reconnaître l'inégalité que beaucoup de femmes continuent de vivre au travail. Les femmes continuent en moyenne de gagner 13 % de moins l’heure que leurs homologues masculins. Ce n'est pas acceptable. C'est pourquoi nous avons Le passé, le présent et l’avenir : Stratégie ontarienne pour l'autonomisation économique des femmes. Il s’agit de notre plan pour accroître l'équité entre les sexes, contester les préjugés et supprimer les obstacles auxquels les femmes sont confrontées au travail, à la maison et dans leur communauté. Nous sommes tous plus forts quand tout le monde a la chance de contribuer pleinement et la possibilité de réussir. »

Harinder Malhi

ministre de la Condition féminine

« Notre gouvernement a réalisé d’importants progrès afin de soutenir les femmes qui ont subi des iniquités en milieu de travail. L’Ontario est la première compétence au Canada à adopter un train complet de mesures visant à accroître la transparence salariale et à équilibrer la composition de la main-d’oeuvre, et la première en Amérique du Nord à enchâsser la production de rapports afférents dans sa législation. Ces mesures, de même que d’autres initiatives comme la hausse du salaire minimum et le renforcement des dispositions de protection des personnes en emploi, aident à édifier un Ontario dans lequel toutes et tous peuvent profiter de meilleures perspectives économiques. »

Kevin Flynn

ministre du Travail

Partager

Sujets

Affaires et économie Éducation et formation Gouvernement Domicile et communauté Travail et emploi