Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Le gouvernement de l'Ontario continue de tenir la bride aux dépenses inutiles de fin d'année

Communiqué

Le gouvernement de l'Ontario continue de tenir la bride aux dépenses inutiles de fin d'année

De nouvelles initiatives visent à rectifier la culture pour allouer les ressources aux services directs

OTTAWA — L'Ontario inculque une culture de responsabilité financière dans toute l'administration publique en luttant de plus belle contre les dépenses inutiles de fin d'exercice.

On appelle « folie du mois de mars » l'explosion de dépenses marquant la fin de l'exercice, lorsque les ministères s'efforcent de « vider leur budget ».

L'an dernier, la province a proclamé la fin de ladite folie, pour faire économiser 153 millions de dollars aux contribuables ontariens dans le cadre de son plan visant à rectifier la culture de l'administration publique et à rétablir le respect pour l'argent de la population.

Lors d'une réunion extraordinaire du Conseil du Trésor en décembre, le ministre Bethlenfalvy a enjoint à ses collègues du Conseil des ministres d'améliorer ces mesures, de ne prendre aucun nouvel engagement de financement et de limiter leurs dépenses à celles qui sont déjà prévues jusqu'au 31 mars. Hormis les dépenses de ces activités, dont les allocations ministérielles, toute dépense du dernier trimestre doit être approuvée par le Conseil du Trésor.

« Le gouvernement met en place des mécanismes de contrôle plus tôt dans l'exercice et alloue de précieuses ressources à des domaines importants, prioritaires, comme la santé, l'éducation et les services sociaux. Cette année, nous mettons ce mécanisme en place plutôt dans le cycle budgétaire pour que la folie du mois de mars de 2020, et des prochaines années, ne se transforme pas en cohue du mois de février, explique le ministre. Cette initiative s'inscrit directement dans l'idée que si nous changeons la culture de l'administration, nous pouvons changer sa façon de servir la population. »

M. Bethlenfalvy a souligné la récente observation du directeur parlementaire du budget (DPB) fédéral comme quoi l'Ontario, même si la dette infranationale du Canada n'est pas viable, assure sa propre pérennité budgétaire. Le DPB attribue en grande partie cette caractéristique aux changements apportés à la politique budgétaire de la province.

« Le gouvernement inculque une culture de responsabilité financière dans la province pour nous mettre sur le chemin de l'équilibre. Nous bâtissons un gouvernement plus efficace, le premier ministre Ford et notre équipe à la barre, et nous dégageons des fonds pour les investir dans les programmes et les services de première ligne. »

M. Bethlenfalvy, dans son discours prononcé aujourd'hui à l'Economic Club of Ottawa en présence des membres du Conseil des ministres provinciaux et de centaines de personnalités du monde des affaires et du milieu communautaire, a aussi fait état de l'avancement des initiatives efficaces du gouvernement, une série de politiques audacieuses aux grandes répercussions, qui améliorent l'expérience utilisateur des Ontariens tout en protégeant l'argent des contribuables.

M. Bethlenfalvy a fait savoir que le gouvernement de l'Ontario entendait collaborer avec ses interlocuteurs fédéraux pour atteindre les objectifs prioritaires pour la population de la province.

« Le gouvernement fédéral doit intervenir à ces égards pour aider l'Ontario à soutenir les familles. Et je pense qu'il a entendu notre message. »

Ressources additionnelles

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Affaires et économie Gouvernement