Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Recommandations du Groupe de travail sur l'utilisation appropriée des services

Document d'information

Recommandations du Groupe de travail sur l'utilisation appropriée des services

Ministère de la Santé

Établi par le conseil d'arbitrage Kaplan et dirigé par des médecins, le Groupe de travail sur l'utilisation appropriée des services (GTUAS) a passé en revue plusieurs services couverts par le régime d'assurance-santé de l'Ontario. Le GTUAS s'est appuyé sur des données probantes, des pratiques exemplaires et l'avis d'experts pour déterminer et mettre à jour certains services et ainsi optimiser la prestation de soins pour les patients ontariens. 

À compter du 1er octobre 2019, les services suivants, couverts par le régime d'assurance-santé de l'Ontario, seront mis à jour suite au processus d'évaluation du groupe de travail.

AMÉLIORER LA QUALITÉ DES SOINS DONNÉS AUX PATIENTS

Utiliser des appareils d'imagerie diagnostique plus précis pour les problèmes de sinus

  • Les données actuelles indiquent que le diagnostic de la majorité des problèmes de sinus ne requiert pas d'imagerie.
  • Lorsque l'imagerie est requise, la radiographie n'est pas aussi efficace que d'autres approches, dont le tomodensitogramme.
  • La réduction du nombre de radiographies superflues des sinus évitera aux patients d'être inutilement exposés à la radiation.

Aiguiller les patients vers des cliniques spécialisées pour les douleurs chroniques aux hanches et aux genoux afin d'améliorer les soins aux patients arthritiques

  • Réduire les tomodensitogrammes, les examens IRM et les consultations en chirurgie non nécessaires pour les problèmes de la hanche et du genou, en aiguillant les patients vers le nouveau système provincial de cliniques d'accès rapide pour les soins musculosquelettiques (CARSM).
  • Les patients aiguillés vers les CARSM sont rapidement vus par un physiothérapeute, une infirmière ou un médecin spécialement formé qui évaluera les prochaines mesures à prendre en fonction de leur état de santé.
  • Ce changement améliorera l'accès au tomodensitogramme et aux examens IRM pour les patients qui en ont le plus besoin, et réduira l'exposition inutile à la radiation pour les autres.

Mettre à jour l'utilisation d'appareils ambulatoires de contrôle cardiaque (moniteur Holter et enregistreur d'événement cardiaque)

  • De nouvelles exigences techniques pour les tests de contrôle cardiaque des patients externes seront établies pour assurer des diagnostics cardiaques conformes aux lignes directrices cliniques actuelles.
  • Les enregistreurs d'événement cardiaque (ou « moniteurs en boucle »), une technologie désuète utilisée pour évaluer l'activité électrique du cœur des patients externes, ne seront désormais plus financés.

Améliorer l'accès aux soins primaires et spécialisés en simplifiant le processus d'aiguillage

  • On demande parfois aux patients de consulter leur fournisseur de soins primaires pour obtenir une demande de consultation auprès d'un spécialiste qu'ils ont récemment vu pour le même problème.
  • Lorsqu'un patient stable est traité par le même spécialiste pour le même problème, les soins médicaux nécessaires sont considérés comme une évaluation, et non une consultation.
  • La simplification du processus d'aiguillage permettrait à un patient de consulter plus facilement un spécialiste pour le même problème à l'intérieur d'une période de deux ans puisqu'une consultation supplémentaire auprès de son fournisseur de soins primaires ne serait plus requise.
  • Les patients continueront de recevoir les soins spécialisés nécessaires.
  • Les consultations auprès des spécialistes en milieu hospitalier ne seront pas touchées par ce changement.
  • Ce changement renforcera de plus l'accès aux médecins de premier recours. 
Utiliser des tests de diagnostic d'infertilité plus efficaces

  • Le régime d'assurance-santé de l'Ontario continuera de financer les tests les plus efficaces de diagnostic d'infertilité, y compris l'analyse du sperme pour détecter la stérilité masculine, les tests pour déceler l'obstruction des trompes de Fallope et évaluer la cavité utérine et les fonctions ovariennes.
  • Le régime d'assurance-santé de l'Ontario ne couvrira plus le test postcoïtal de la glaire cervicale, une méthode désuète qui n'est plus considérée comme une pratique exemplaire.
  • Les tests de remplacement seront basés sur le jugement clinique du médecin et les caractéristiques particulières du patient traité.
  • Les tests de diagnostic de l'infertilité les plus efficaces continueront d'être couverts par le régime d'assurance-santé de l'Ontario.

RÉDUIRE LES SERVICES MÉDICAUX NON NÉCESSAIRES

Retirer le cérumen seulement lorsqu'il est nécessaire sur le plan médical 

  • Pour la plupart des patients qui ont une oreille bouchée, le ramollissement du cérumen avec des solutions en vente libre permet de résoudre le problème sans intervention médicale.
  • Le retrait des bouchons de cérumen sera couvert par l'assurance-santé lorsque le problème cause une perte auditive et que les traitements en vente libre se révèlent inefficaces, ou si le retrait immédiat du cérumen est nécessaire pour diagnostiquer ou traiter une autre pathologie de l'oreille.
  • Les patients qui demandent à leur médecin de retirer un bouchon de cérumen, lorsque l'acte n'est pas nécessaire d'un point de vue médical, pourront être obligés de payer l'intervention.
Réaliser des examens du larynx durant les examens de l'estomac seulement lorsque c'est nécessaire sur le plan médical

  • Lorsqu'il n'y a aucun soupçon ou signe de problème au niveau du larynx, réaliser un examen laryngologique supplémentaire dans le cadre de l'examen de l'estomac d'un patient n'est pas nécessaire d'un point de vue médical ni utile pour le patient.
  • Cette mesure préviendra la prestation superflue d'une laryngoscopie (examen des cordes vocales) en même temps qu'un examen de l'estomac.

Assurer l'accès continu aux tests urinaires de grossesse lorsqu'ils sont nécessaires d'un point de vue médical

  • Les analyses sanguines de grossesse, qui fournissent plus de données, demeurent couvertes pour toutes les patientes.
  • Lorsqu'un test urinaire de grossesse est effectué, il est souvent nécessaire d'effectuer également une analyse sanguine, ce qui entraîne une duplication inutile.
  • Les tests urinaires de grossesse effectués dans le bureau d'un médecin à l'aide de bandelettes réactives, qui fournissent beaucoup moins de renseignements, seront couverts lorsqu'il est nécessaire de déterminer la grossesse dans l'immédiat pour prévenir un préjudice imminent menaçant la patiente.

Améliorer l'accès aux soins primaires en diminuant les examens préopératoires

  • La vérification des antécédents et les examens physiques préopératoires sont souvent exigés par les chirurgiens et effectués par les médecins de famille ou les spécialistes, conformément aux exigences administratives des hôpitaux.
  • Ces examens ne sont pas nécessaires du point de vue médical.
  • Tous les patients sont examinés par leur chirurgien et leur anesthésiste avant l'opération, afin de s'assurer que le patient est en mesure de subir l'opération proposée et de déterminer les soins anesthésiques appropriés.
  • Cette modification fera en sorte que les patients auront un meilleur accès aux soins de spécialistes et de médecins de famille, puisque le nombre de visites, de procédures et d'examens inutiles diminuera.
Améliorer l'accès aux arthroscopies du genou pour les patients atteints d'une maladie dégénérative du genou

  • Des données récentes montrent que les arthroscopies du genou ne sont pas efficaces pour de nombreux patients souffrant d'arthrite.
  • Les patients pour qui l'arthroscopie du genou est efficace continueront d'avoir accès à cette option de traitement. Cela comprend les patients atteints d'une maladie dégénérative du genou dans des conditions particulières, comme lorsqu'un os ou un cartilage flottant cause d'importants problèmes fonctionnels qui persistent malgré des traitements non chirurgicaux.
  • Les patients qui ne respectent pas les conditions susmentionnées pourraient recevoir un traitement non chirurgical axé sur la gestion de la douleur et un traitement physique pour soulager la douleur et améliorer la fonction mécanique de l'articulation du genou.
  • La réduction du nombre d'arthroscopies inefficaces du genou préviendra les opérations inutiles et améliorera l'accès à l'arthroscopie pour les personnes souffrant d'une blessure au genou et d'autres conditions pour qui la chirurgie est efficace.

Financer les primes des médecins pour les visites à domicile des personnes âgées frêles et des patients confinés à domicile seulement

  • Les primes pour les visites à domicile seront remboursées seulement lorsque les patients n'ont d'autre choix que d'être examinés à domicile, notamment les personnes âgées frêles, les patients confinés à domicile et les patients de soins palliatifs.
  • Les patients qui ne sont pas des personnes âgées frêles ou confinées à domicile doivent rencontrer leur médecin à son bureau.

TRAVAIL ANTÉRIEUR SUR L'UTILISATION APPROPRIÉE DES SERVICES

Nous travaillons depuis longtemps à la mise en œuvre de soins efficaces fondés sur des données probantes. Les changements antérieurs apportés à l'utilisation appropriée des services comprennent les suivants :

  • Écographie des sinus
    Cette procédure a été remplacée par un tomodensitogramme ou une endoscopie des sinus, car ces normes de soins ont été jugées plus efficaces.

  • Échocardiographie préopératoire
    Les échocardiographies préopératoires pour les opérations facultatives non cardiaques sont remboursables seulement lorsqu'elles sont nécessaires du point de vue médical et ne le sont pas lorsqu'elles sont effectuées uniquement à titre de préparation du patient. Les échocardiographies préopératoires et les radiographies de la poitrine avant une coloscopie, une cystoscopie, un dégagement du canal carpien et une arthroscopie ne devraient pas être systématiquement exigées pour la préparation à ces interventions, à moins qu'elles ne soient jugées nécessaires d'un point de vue médical.

  • Oxygénothérapie hyperbare (OHB)
    La perte d'audition neurosensorielle idiopathique soudaine a été ajoutée à la liste de     conditions admissibles pour le recours à l'OHB. L'OHB est admissible au remboursement en cas de perte d'audition neurosensorielle idiopathique soudaine si le patient prend simultanément des corticostéroïdes (à moins que l'usage de corticostéroïdes ne soit pas recommandé dans sa situation précise) et si le traitement débute dans les 14 jours qui suivent le diagnostic ou la confirmation de l'affection par un oto-rhino-laryngologiste.

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Gouvernement Santé et bien-être